*~Tetsuyaoi~*

LOVE IS NOT A SIN [fini]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Jeu 5 Juil - 1:26

LOVE IS NOT A SIN

Chapitre 1
(NOUVELLE VERSION À LIRE ABSOLUMENT)







Avant que vous ne lisiez mon histoire je voulais vous informer que c'était pour moi une première niveau création d'histoire yaoi.
Soyez un peu indulgents, je débute. Merci et sur ce, bonne lecture.



22h45…il était déjà 22h45 quand un jeune homme aux traits asiatiques sortit de son bureau.
L’air était lourd et pesant malgré la forte pluie qui ne cessait de tomber depuis plusieurs jours.
Le jeune homme partit en courant se réfugier dans un bar se situant en face de son bureau.
Etonnamment pour un vendredi soir, ce bar n’était pas bien rempli, on ne pouvait compter que six clients.
D’un pas lent il se dirigea vers le bar, s’installa et commanda un cocktail fortement alcoolisé.
Les heures défilaient les verres aussi au bout du cinquièmes verres, le barman, qui jusqu’à lors n’avait rien dit le voyant s’enfiler tout ces verres, prit la parole.

- Monsieur, ça ne serait pas raisonnable. Vous devriez rentrer chez vous, votre petite amie doit sûrement s’inquiéter.
- Mêle-toi de ce qui te regarde, merde! Et ressers-moi, je suis le client tu dois m’obéir! Et puis pourquoi rentrer chez moi? Personne ne m’y attend …

Il termina sa phrase d’une voix à peine audible.
C’était vrai qu'à part quelques feuilles blanches et son ordinateur, rien ni personne n’attendait cet homme. Célibataire et écrasé sous ses deux emplois, sa vie sociale était inexistante, il jonglait entre son travail de mangaka et d’administrateur d’un site de rencontres sur internet, si bien qu’il n’avait pas une minute pour s'occuper de lui. À peine avait-il fini son travail au bureau d’édition qu’il devait rentrer chez lui pour vérifier les « mouvements » du site de rencontres.
Mais ce soir-là, il n’avait pas envie de suivre son « programme habituel », d’où sa venue dans ce bar.
Il finit quand-même par se résigner au bout de quelques minutes de réflexion. Tout en se levant, il jeta de quoi payer ses consommations sur le bar, sans même adresser un regard ni une parole au barman.
Il prit le chemin de son petit studio mais s’arrêta entre temps dans un petit parc pas très éloigné de chez lui.
La pluie était toujours là, seule compagne dans sa solitude. Il s’installa sur l’assise d’une balançoire, la tête baissée, son visage se reflétait dans une flaque d’eau se trouvant à ses pieds.
On pouvait y voir des yeux d’un noirceur sans fin, un regard où on pouvait se perdre et ne jamais pouvoir revenir sur terre, ses cheveux était aussi sombres que son regard. Il resta assis là, le regard plongé dans cette flaque d’eau au moins quarante minutes, puis se leva et décida qu’il était temps pour lui de rentrer.
Une fois à l’abri chez lui, il se dirigea immédiatement dans sa salle de bain, se déshabilla et se réchauffa sous l’eau brûlante de sa douche.

- Putain quel con d’être resté sous cette foutue pluie, maintenant je suis gelé !

Une fois sa douche terminée, il prit la direction de son bureau, alluma son ordinateur et s’installa devant.
Une fois allumé un message s’afficha sur l’écran d’ordinateur « vous avez 15 nouveaux messages ».

- Fais chier je suis pas encore couché moi avec tout ça... Déjà 2h30 et moi qui dois être au bureau pour 9h, hé bah merde ils iront se faire voir! Aizawa sera furieuse mais je m’en tape je bosse déjà assez comme ça.

Il mit pratiquement deux bonnes heures pour répondre aux mails des membres du site dont il a la direction. Arranger des rendez-vous pour des personnes inconnues ne l’enchantait guère, mais bon c’était son travail et il ne pouvait pas y déroger et puis, qui sait? Peut-être qu’une des membres aurait le profil de la femme idéale à ses yeux et qu’il se jetterai sur l’occasion.
À la fin de ces deux heures, la fatigue se faisait sacrément ressentir il n’avait qu’une envie, c’était d’éteindre cet ordinateur et de rejoindre son lit mais il ne restait plus qu’un mail à lire alors il prit son courage à deux mains et l’ouvrit. Lorsqu’il se mit à le lire l’« objet » du mail il fut surprit de voir qu’il ne s’agissait pas d’un mail ordinaire, qui se voulait être une demande pour gérer un rendez-vous entre deux personnes, mais plutôt un message personnel.
Surprit, il lut son contenu sans attendre.




Bonjour Seiji,

Voilà je me présente je m’appelle Sono Hanasaki et je serais ravi de faire connaissance avec toi si cela ne te dérange pas. Tu dois sûrement trouver ça étrange que je te dise ça mais en lisant ton profil je me suis rendu compte qu’on avait les mêmes goûts toi et moi et je me suis dis que ça pourrait être sympa si on se parlait de temps en temps.
Je suis souvent sur le chat du site alors rejoins-moi quand tu le souhaiteras, mais si tu préfère on peut aussi utiliser MSN, je ne sais pas si tu as une adresse, moi j’en ai une en tout cas, si tu veux on peut se les échanger et se parler dessus comme ça on sera tranquille sans « voyeurs ».
À bientôt peut-être mais sache qui si ça ne t’intéresse pas c’est pas grave je comprendrai.
Ps : je serais sur le chat toute la nuit voir jusque tôt dans la matinée. Si ça te dit, viens faire un tour.

Salut. Sono.






Après la lecture du mail, Seiji se leva de son siège puis se mit à réfléchir devant cette page où étaient écrits ces quelques mots d’un certain Kiru.

- Ca me fera pas de mal, je crois, de discuter avec quelqu’un. Je vais me faire un café et après, direction le chat et puis je verrai bien s’il est là ou non.
Une fois son café préparé, Seiji se réinstalla devant son ordinateur et ouvrit la page du chat du site de rencontre.
Il remarqua immédiatement le pseudo « Kiru » marqué « en ligne ».

- Il est bien là, je fais le premier pas ou j’attends?

Il n’eut pas besoin d’attendre sa réponse que Kiru, déjà, engageait la conversation en message privé.

- Bonjour Seiji, c’est pour moi que tu viens là? Je te demande ça par apport à mon mail, mais aussi parce que tu viens jamais ici. Tu es toujours marqué en « connecté » sur le site mais tu te connecte jamais au chat.
- Salut Sono. Oui normal je vois pas de raison de venir ici. Je me connecte toujours tard sur le site donc voilà. Et puis pour répondre à ta question, oui je suis là à cause de ton mail, je viens de le lire à l’instant.
- Ok c’est sympa de ta part d’être venu, surtout vu l’heure, t’aurais pu zapper et aller te coucher.
- Nan c’est bon je me suis pris un café, et puis au fond ça me fait plaisir de parler à quelqu’un.
- À bon ?
- Oui en fait, tu vois…

Ils discutèrent pendant deux heures, Seiji raconta toute sa vie en passant par son travail prenant, puis par ses déboires amoureux. Plus ils discutaient, plus ils se découvraient, plus ils s’appréciaient. Entre temps ils s’étaient échangé leurs adresses MSN et avaient continué leur discussion par ce biais.

- Ah ouais, et depuis quand t’es célib?
- Environ deux ans.
- C’est pas trop dur?
- Si mais bon avec mes deux tafs j’ai pas le temps d’y penser, sauf le soir quand je vais me coucher dans mon grand lit vide et froid. Je crois d’ailleurs que je vais m’acheter une bouillotte ça comblera et réchauffera le lit.
- Ouais sûrement. Et sinon t’as une photo de toi ?
- Heu... Ouais, sûrement…
- Tu peux me montrer à quoi tu ressembles ?
- Ouais, ça peut se faire. Mais c’est donnant-donnant.
- Ca marche.

Il se mit à fouiller son ordinateur mais ne trouva aucune photo de lui. Sono quand à lui afficha sa photo.
C'est à ce moment là, la tête d’un jeune homme blond apparu, il avait les yeux d’un bleu azur. Il avait l’air décontracté, il affichait un sourire radieux, on pouvait aussi voir une partie de son torse musclé causé par l’absence de vêtement.

- Alors t’en penses quoi ?

Seiji était resté silencieux en découvrant Sono, ne sachant quoi dire. Il ne sut pourquoi mais en voyant cette photo, quelque chose se créa en lui, un genre de petit picotement au cœur.

- Je suis si horrible que ça que tu réponds pas? Et toi alors ta photo?

L’intéressé ne lui répondit toujours pas il pensait tout simplement.

- Merde il est pas mal pour un mec !!
- Seiji ? T’es toujours là ? Je t’ai choqué ? J’ai fais quelque chose qu'il fallait pas ?

Seiji lui répondit immédiatement, trouvant une réponse bidon pour excuser son retard de réponse.

- Heu nan désolé j’ai renversé ma tasse de café.
- Ok. Alors? Qu’est ce que t’en penses?
- Bah ça va.
- Ca va, c’est tout?
- Tu veux que je dise quoi? J’ai pas l’habitude de regarder les mecs… Je peux pas lui dire qu’il est mignon ça le ferait pas il pensera tout de suite que je suis intéressé par lui, pensa-t-il.
- T’inquiète je te taquinais. Et toi alors ta photo tu en as une?
- Nan désolé j'en ai pas mais dès que j'en prends une je la mettrais.
- Ok. Dis, tu sera connecté ce soir ?
- Oui, sûrement. Pourquoi ?
- Parce que je dois y aller, là. J’ai des trucs à faire, par contre, ce soir je finis le taf tard.
- C’est-à-dire?
- 23h45 ça ira?
- Ouais, normalement je serai là depuis pas longtemps donc ça marche.
- Ok. Bah à ce soir alors, et repose-toi un peu avant de partir bosser.
- T’inquiète! A ce soir, bonne journée! Salut.
- Merci, toi aussi.

Sono se déconnecta, c’est à ce moment-là que la fatigue de Seiji, disparue pendant leur conversation, lui retomba dessus sans prévenir. Il éteignit alors son ordinateur et regagna son lit.

- Franchement il est sympa ce Sono, je regrette pas. J’ai bien envie de le revoir ce soir...

Il s’endormit sur cette pensée.




Voilà mon premier chapitre est terminé j’espère qu’il vous a plu.
Je voudrais remercier, avant de partir, Uto qui a été super sympa de jeter un coup d’œil sur mon histoire, de me dire ce qu’il fallait que j’améliore, que j’enlève enfin bref elle a tout lu et m’a dit tout ce que je devais faire, sans oublier ses conseils.
Merci beaucoup Uto c’est super sympa de ta part de passer derrière moi et de me corriger.
Gros bisous à toi !!! <- c'est toi j'ai pas trouvé de perso qui fassent sadique désolé ^^

Ma Susu voici ton cadeau j'espère qu'il t'a plu ^^


Dernière édition par Fifi le Sam 3 Mai - 9:34, édité 2 fois
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Jeu 19 Juil - 17:16

Chapitre2



Ce matin là, le réveil fut très dur pour Seiji, ne s’étant reposé que quelques minutes après sa déconnexion il n’était pas très en forme.
La journée fut donc dure pour lui et très longue.
Le soir venu, il se rendit une fois de plus au bar, où il avait passé une partie de sa soirée la veille.
Contrairement à hier, soir le bar était bondé et il trouva difficilement une place au comptoir.
Une fois installé, son regard se posa sur l’habituel barman, qui se soir ne cessait pas une minute de courir afin de servir les commandes des clients très exigeants.
Quelque chose en cet homme avait l’air familier, ne serait-ce son regard reflétant l’eau des mers tropicales ou son corps athlétique dévoilé par une chemise blanche ouverte au niveau du col.
Malgré ces quelques détails, Seiji ne prêta pas plus attention au barman.
Le temps s’écoula sans que Seiji n’y prête attention jusqu’au moment où il sortit son portable et consulta l’heure qu’il était.
Il se mit à parler tout seul à voie haute.

- Merde 00h30 ! C’est pas vrai ça fait déjà trois heures que je suis là ?! Et Sono qui m’attend ! Hé le barman l’addition et vite !
- Ca arrive.

Mais avec toutes les personnes qui demandaient après ce magnifique barman l’attente fut longue pour Seiji.
De caractère impatient, il se fit entendre très vite.

- Hé ho faut que j’attende combien de temps pour me barrer ?! Ca va faire trente minutes que j’attends merde ! Et le blond tu m’entends oui ou merde !

Le barman n’en pouvait plus, d’habitude il savait se maîtriser face aux clients quelque peu désagréables mais là, dû au travail qu’il avait et à l’heure tardive qui se faisait sentir il ne put se contenir.

- Merde c’est bon calme-toi j’ai dis que ça arrivait, ça arrive bordel ! Faut se calmer mon gars !
- On m’attend alors dépêche !
- Merde !

Finalement après encore quinze minutes d’attente Seiji eu enfin sa note donnée avec un « voilà maintenant réglez et partez » du barman.

Une fois après avoir quitté le bar, Seiji se rendit immédiatement à son appartement, monta les quatre étages en vitesse et rentra en trombe dans la pièce qui lui servait de bureau.
Dès que son ordinateur fut allumé, il ne sut pourquoi mais il ressentait du soulagement mêlé à du stress.

- Pourvu qu’il soit encore connecté… Vu l’heure je doute un peu…merde pourquoi je suis si stressé à l’idée de le voir, et pourquoi mon cœur se serre en pensant qu’il est parti, qu’il n’a pas eu le courage de m’attendre encore un peu…

Son ordinateur allumé, il se connecta immédiatement à MSN, croisant les doigts pour que Sono soit toujours là mais il fut très déçu lorsqu’il remarqua son absence et s’énerva.

- Enfoiré de barman à la con ! S’il n’avait pas mis autant de temps pour me faire régler mes consommations je l’aurais pas loupé ! Aucune raison que je reste, je vais aller me coucher…

Il alla dans sa chambre se changer et lorsqu’il revint pour se mettre « hors ligne » une petite fenêtre fit son apparition « Sono vient de se connecter ».
Le cœur de Seiji se mit à battre la chamade, il battait tellement fort qu’il se sentit ses coups tamponner l’intérieur de sa poitrine.
Il allait lui parler mais Sono fut plus rapide.

- Salut Seiji désolé pour le retard j’arrivais pas à quitter le taf, trop de boulot.
- Pas grave t’inquiète je suis rentré y a pas longtemps je pensais que t’étais déjà parti et que t’en avais eu marre de m’attendre.
- Ah tu t’es inquiété ?
- Heu nan…

Au fond de lui Seiji s’avait que c’était un mensonge, bien sur qu’il s’inquiétait que Sono soit parti et qu’ils n’aient pas pu se parler ce soir comme prévu.

- Alors comme ça ta soirée à été dure ?
- Ouais les clients mon trop pris la tête je hais les samedi soir la salle est toujours bondée et je suis le seul à bosser en ce moment donc je me tape tout. Et puis y a un mec qui m’a trop pris la tête…enfin bref. Et toi ta journée ?
- Pourrie, aussi nulle que la tienne je crois, et je me suis aussi pris la tête avec un con qui fait pas son taf correctement.
- Ah je vois. Bah on va essayer de finir la soirée d’une bonne manière alors toi et moi. Ca te tente ?

Seiji eu un moment de choc.

- « Finir la soirée d’une bonne manière toi et moi » ? Il veut dire quoi par là ?…

Les mains tremblantes, il lui répondit.

- De quelle façon ?
- Je sais pas de la façon que tu veux je suis pas compliqué. Je suis ouvert à toutes propositions.
- Je ne sais pas non plus…

En fait Seiji avait bien une petite idée de quelle façon il voulait terminer la soirée et là placé chez lui devant son ordinateur vêtu d’un simple boxer ses pensées ne pouvaient pas s’arrêter, sans s’en rendre compte ses mains se baladait sur son corps dévêtu.
Il s’abandonna à ses pensées, à ses mains et oublia totalement que quelqu’un l’attentait derrière son écran d’ordinateur.
Devant ce silence inexpliqué Sono relança la conversation.

- Ca va pas ?
- Si si, ça va ! Je réfléchissais…
- Ah et à quoi ?
- Je me disais qu’avoir une copine ce soir aurait été la bienvenue comme idée pour terminer la soirée.
- Oui c’est vrai…
- Au fait j’ai parlé de moi hier mais toi t’as une copine ?
- Nan et tu vois pour tout avouer je suis pas trop branché filles.
- Il veut dire quoi par là ? pensa Seiji
- T’es toujours là ?
- Oui. En fait tu veux dire que t’es gay c’est ça ?
- Ouais…ça te dérange ?…
- Nan pas du tout je ne pensais pas c’est tout. J’ai l’esprit assez ouvert, de toute façon avec mon boulot de modérateur du site j’en vois quelques uns. Et puis chacun de nous à le droit au bonheur donc voilà.
- Putain t’es vraiment ouvert toi, ça se fait rare.

Ils continuèrent de discuter sur ce sujet pendant quelques minutes, jusqu’au moment où la fatigue se faisait ressentir pour l’un et l’autre.

- Pfff le taf m’a crevé… Je suis claqué et je me paye un de ces maux de dos en prime !
- Je te proposerais bien un massage mais bon pas très pratique. Avec le clavier peut-être. Se mit à taper Seiji en rigolant.
- Ca pourrait être agréable… Et après tu sors le fouet ?
- Ouais.

L’un et l’autre étaient en train de rire chacun dans leur appartement.

- Au fait tu as une photo de toi ou toujours pas ?
- Toujours pas désolé. Pourquoi tu veux absolument me voir ?
- Pour éclaircir un p’tit truc qui me trotte dans la tête.
- Et c’est quoi ?
- J’aimerais me rendre compte à quel point tu dois être sexy comme mec…
- Hu…

Seiji sentit une forte poussée de chaleur monter en flèche en lui.

- Pourquoi je réagis comme ça, moi ?! Et voilà que rien que ce mot fait un effet fou au niveau de l’entrejambe…

La dernière phrase de Sono résonnait sans arrêt dans la tête de Seiji, elle s’y était installée et ne voulait plus en partir.
Ce qui le gênait surtout c’était la réaction de son intimité face à cette phrase.

- Ca y est je t’ai mis dans l’embarras…désolé.
- Nan c’est que…que…
- Que ? Vas y dis, rien me choque tu peux tout me dire.
- Je sais pas pourquoi mais…mais mon corps à réagi à ta phrase « J’aimerais me rendre compte à quel point tu dois être sexy comme mec… »…

Seiji sentit quelques secousses, elles provenaient des tremblements de son corps.

- Ok je vois… Tu bandes et tu sais pas quoi faire c’est ça ?
- Oui…
- Tu en as envie ?
- Envie ? Envie de quoi ?…
- De te faire du bien. Je peux t’aider si tu veux.

Le corps de Seiji devenait de plus en plus chaud, il se leva pour ouvrir la seule fenêtre qui se trouvait dans cette petite pièce mais l’air était chaud, ce qui n’arrangea rien à son état.
Il resta là malgré tout, laissant Sono parler seul.

- Pourquoi tu réponds plus ? Tu dois me prendre pour un mec en manque et qui allume tout ce qui bouge…

Seiji restait là à regarder, de loin, son écran d’ordinateur et suivait le monologue de Sono tout en stressant.

- Merde pourquoi j’ai décidé d’arrêter de fumer moi j’ai besoin d’une clope là, d’un joint ou à boire je sais pas mais il me faut quelque chose…

Sono continuait son monologue pendant ce temps.

- Bon je crois que je vais te laisser si tu réponds plus…à bientôt peut-être passe une bonne nuit Seiji…

En lisant cette dernière phrase de Sono, Seiji se précipita vers son ordinateur à toute vitesse et tapa maladroitement sur son clavier.

- Nan ressteee là !

La réponse de Sono se fit attendre à croire qu’il voulait faire désirer.

- Sono reviens s’il te plait !!

Seiji se trouvait con de réagir comme s’il était en manque de cet homme, mais il devait l’avouer il était réellement en manque de lui.

- Je suis là… Je voulais voir ta réaction… Désolé… Pourquoi t’es resté silencieux ?
- Je me suis posé près de ma fenêtre, j’avais chaud… J’ai toujours chaud d’ailleurs…Mon corps réagit à chacun de tes mots, je sais plus quoi faire, j’arrive pas à me contrôler… Je disais rien parce que j’essayais de me calmer, mais ça marche pas…
- Tu veux que j’arrête ? Que je te laisse ?
- Nan au contraire, bizarrement j’ai envie que tu continues…
- Tu en es sûr ?
- Oui…
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Jeu 19 Juil - 19:39

Chapitre 3



Seiji ne revenait pas de ce qu’il venait de dire, il était partant pour une relation virtuelle d’une nuit avec un mec.
C’était la première fois que celà lui arrivait, jamais il n’aurait pensé se retrouver dans cette situation un jour.
Tout son être tremblait dans l’attente d’une réponse de la part de Sono qui ne tardait à venir.
Il commença à perdre patience.

- Sono t’es toujours là ? Tu t’amuses à m’allumer et après tu te casses ? Sois franc au moins !
- Désolé je réfléchissais…je me demandais si c’était une bonne idée de faire ça… Pas pour moi mais pour toi, j’ai cru comprendre que t’es 100% hétéro donc voilà.
- Je m’en fous que tu sois un mec ou une fille, je m’en fous d’être hétéro ou non, tout ce que je veux ce soir c’est me faire du bien et si c’est pas avec toi tant pis je trouverai bien une fille partante pour m’aider!
- Calme-toi un peu… Bon… c’est bon, je reste, donc détends-toi un peu avant, ça sera meilleur.
- Tu as raison, excuse-moi, je sais pas pourquoi je m’énerve, je suis sur les nerfs ces derniers temps mon boulot et tout…
- Chut, arrête, on est pas là pour parler boulot, oublie tout, il n’y a que nous ce soir. J’aimerais bien être là avec toi et ça serait moi qui te ferais un massage cette fois pour te détendre…

Seiji ferma alors les yeux et s’imagina la scène.
Il imagina un homme derrière lui, ses mains posées sur ses épaules en train de les toucher, de les presser doucement, formant des petits cercles avec ses pouces exerçants de petites pressions à certains endroits bien précis et les caressants à certains moments.

- Seiji ?

L’intéressé rouvrit les yeux en entendant le signale comme quoi il avait un message et y répondit, c’était évidemment Sono.

- Je suis là, désolé, j’étais en train de m’imaginer ton massage…
- Continue d’imaginer, je ne m’arrêterai pas…mais garde quand même les yeux ouverts pour lire la suite, ça sera plus pratique.
- Logique…Vas-y continue je t’attend…
- Avant t’es habillé comment ça m’aidera à imaginer la scène aussi de mon côté.
- Boxer noir, rien que ça...
- Hum ça me donne envie… Je continue… en descend doucement mes mains le long de ton torse musclé j’essaye de te provoquer des frissons, puis j’approche ma bouche de ton oreille, je me met à la lécher puis exerce une pression sur le lobe de ton oreille en la mordillant. Caresse-toi pour que ça fasse réel…

Seiji exécutait les paroles de Sono, son rythme cardiaque augmentait considérablement, ainsi que la chaleur de son corps.

- Putain je bande de plus en plus Sono…pourquoi ça fait ça…
- C’est normal je fais tout pour que to corps réagisse comme ça. Je bande aussi si tu veux savoir rien qu’en imaginant faire ce que j’ai envie de faire avec toi.
- Faut qu’on se voie…

Seji avait marqué ces quelques mots sans s’en rendre compte, sans y réfléchir. Ce n’est qu’après avoir eu la réponse de Sono qu’il réalisa.

- Tu le veux vraiment ? Tu sais la réalité change beaucoup du virtuel, logique enfin bref. Il se pourrait qu’une fois en face de la situation tu veuilles revenir en arrière mais le problème c’est que je sais pas si moi j’arriverai à me retenir si tu me sors un « non » à ce moment là…
- Oui je sais que ça change…mais malgré ça…je crois que je le veux.
- Tu crois ou t’en es sûr ? C’est différent.

Seiji réfléchit dans un court laps de temps.

- J’en suis sûr. Je veux te voir en vrai et j’ai envie de toi maintenant…je pensais pas que ça m’arriverait un jour.
- Quand es-tu libre ?
- Attends, je vais voir.

Seiji se leva et se dirigea vers un calendrier accroché au mur qui se trouvait derrière lui. Il le consulta quelques instants puis se réinstalla devant son ordinateur.

- Ce week-end je serai libre, je ne suis pas au bureau et le site attendra… J’ai pas pris de jour de repos depuis longtemps donc ils attendront.
- Très bien, alors on se dit…

Tout d’un coup l’ordinateur de Seiji s’éteignit complètement.

- BORDEL DE MERDE !!

Seiji se leva en un bond, les poings serrés d’une telle force que les jointures de ses phalanges devinrent blanches.
Son ordinateur venait de buguer complètement, cela devait être du à la forte chaleur du temps orageux qui avait prit place depuis quelques jours sur le Japon.

- C’est pas vrai !! Tu pouvais pas me lâcher plus tard toi nan ?! Enfoiré ! Je fais quoi moi ?! Sono allait me donner le rendez-vous et on allait continuer je fais quoi moi maintenant putain !!

Après cinq minutes à lancer un regard noir sur son ordinateur, Seiji se rendit dans sa salle de bain pour prendre une douche.
L’eau chaude qui coulait sur son corps le détendit quelque peu. Adossé à la paroi de la douche, l’eau coulant toujours sur lui, il ferma les yeux et repensa à cette « courte » discussion qu’il avait eu ce soir avec Sono.
Une nouvelle fois ses mains parcouraient son corps et s’attardèrent sur son sexe toujours en érection rien quand imaginant Sono devant lui.
Il imaginait les mains de ce dernier remplacer les siennes, il les imaginaient en train de caresser tout son corps sans interruption, s’attardant sur son sexe. Il imaginait aussi les lèvres de Sono qui accompagneraient ses caresses. Tout à ces pensées plus excitantes les unes que les autres, Seiji sortit quelques gémissements mélangés à des soupirs provoqués par le plaisir qu’il se donnait.

Une fois sa douche finie, il se remit une dernière fois devant son ordinateur éteint et essaya de le rallumer sans trop fonder d’espoirs qu’il remarche encore cette nuit. Par chance il fonctionna de nouveau, une fois la mise à jour d’anti-virus faite, il put se connecter.

- Et merde, il s’est cassé…

Effectivement, une fois connecté sur MSN, Seiji remarqua que Sono était parti, mais…

- Tiens, un mail…




Seiji,

Je sais pas pourquoi t’es parti j’espère que c’est pas à cause de moi…en tout cas si tu veux toujours qu’on se voit, on peut se donner rendez-vous au Skip…je sais pas si tu vois ce que c’est…c’est un bar dans la rue de l’empereur. Disons pour 23h00 samedi si ça te va.
Je serai au bar, si tu me vois pas tu pourras demander au bar on me connaît, j’y suis tout les soirs.
À+ Sono





- Le Skip…hum mais c’est là où je vais depuis plusieurs soirs…il y est tout le temps ?…je l’ai jamais vu…faut dire que je cherchais pas, aussi. Bon, j’éteins et au lit.

C’est la tête remplie de questions qu’il alla se coucher seul encore une fois.
La nuit fut très agitée pour lui, ne cessant de rêver à sa rencontre avec Sono, il n’avait pu se reposer correctement.

Le reste de la semaine passa rapidement, Seiji était submergé de travail et n’avait pas le temps de se connecter ni de passer au bar se détendre un peu avant de rentrer chez lui.
Le samedi soir arriva donc brusquement. Comme prévu il se rendit au Skip pour 23h.
Arrivé devant l’entrée, il se trouva tétanisé en imaginant la suite des évènements de la soirée.
C’est le cœur battant à tout rompre, les mains moites, la bouche pâteuse qu’il fit son entrée dans le bar. La salle était noire de monde, son regard se posa immédiatement sur les personnes qui se trouvaient au bar pour la plupart c’était des hommes, comptant en tout et pour tout deux femmes il remarqua alors une place libre entre elles et s’y installa.
De l’autre côté du bar l’éternel barman était écroulé sous les commandes diverses et variées d’alcool et de cocktails.
Pour une fois il prêta plus attention à cet homme, il se mit à le détailler de haut en bas.
C’était un homme d’une trentaine d’année, d’un blond éclatant. Son regard se perdit alors dans les yeux de cet homme, il était attiré par ses yeux bleu azure. En le regardant comme ça il commençait à avoir des chaleurs, mais il fut vite coupé par le regard froid du barman qui venait prendre sa commande.

- Bonjour monsieur je vous sers quoi ?
- Heu…un Blue Lagon* s’il vous plait.
- Je vous fais ça tout de suite.

Une fois sa commande passée, Seiji continua sa « contemplation » du barman mais cette fois il ne s’attardait plus au visage mais au corps de ce denier.
Habillé d’un chemise blanche et d’un pantalon en cuir noir, on pouvait voir aisément qu’il était bien fait et à tous les niveaux.

- Il est super mignon lui…j’espère que Sono lui ressemble.

On lui servit son cocktail et il attendit que ce fameux Sono fasse son apparition.
Puis au bout de quelques heures, Seiji était à son cinquième verre lorsqu’il entendit le barman, placé devant lui la tête baissé occupé à essuyer des verres, murmurer ces quelques mots.

- Avec tout ça je suis sûr d’avoir loupé Seiji, bordel ils peuvent aller boire autre part nan ?! Ou alors il a eu peur et n’est pas venu, ou alors…ou alors je sais pas. Merde !

Tout en réfléchissent il ne remarqua pas que finalement l’homme qu’il attendait était là devant lui à écouter par hasard ses paroles.
Seiji comprit alors tout. Le pourquoi du lieu de cette rencontre, le pourquoi de ces venues tardives sur MSN.
Il respira profondément et lâcha ces quelques mots à l’homme en face de lui.

- Sono ?…
- Oui ?

C’était bien lui, enfin Seiji avait en face de lui l’homme qui le fascinait tant et dont il avait rêvé toutes les nuits de cette semaine.

- Sono, c’est moi celui que t’attends…
- Merde… Seiji ?!

En réalisant à son tour, Sono lâcha le verre qu’il avait dans ses mains.



* Recette du Blue Lagoon pour ceux que ça intéresse ^^
- 4 cl de vodka
- 1 cl de curaçao bleu
- 2 cl de jus de citrons
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Ven 20 Juil - 22:18

Chapitre 4


Sono avait les mains tremblantes. Il se baissa et ramassa les quelques débris de verre sur le sol.
Lorsqu’il se releva, il remarqua Seiji penché sur le bar à regarder ce qu’il faisait.
Il se trouva alors face à face avec lui, leurs visages se touchaient presque. Le rouge monta immédiatement aux joues de Seiji lorsque leurs regards se croisèrent, et il se rassit tout de suite.
Ils étaient tout les deux gênés, ne sachant quoi dire.

- Excuse-moi, je termine mon service et j’arrive.
- O…ok.

Après quelques minutes, le regard perdu dans son verre d’alcool, Seiji se leva et se rendit aux toilettes. Sono le vit s’éloigner et s’arrêta dans ses mouvements, de peur qu’il ne parte sans qu’ils aient peu se parler pour de vrai. Il le suivit donc du regard jusqu’à la porte des toilettes. Une fois celle-ci fermée, il s’adressa à un serveur.

- Mat viens, prends ma place j’ai un truc à faire.
- Ca marche.

Sono quitta alors le bar et se rendit dans la même pièce où se trouvai Seiji, sans jeter un oeil autour de lui.
Il rentra dans la petite pièce, ferma la porte derrière lui et la bloqua en s’adossant dessus.
Seiji était dos à lui, plié en deux sur le lavabo en train de le mouiller le visage, il n’avait pas entendu Sono rentrer dans la pièce.
Sono ne disait rien, il attendait que Seiji le remarque. Il se mit alors à détailler les quelques parties de sa personne qu’il pouvait voir et s’attarda sur ses fesses.
Elles avaient l’air fermes et appétissantes. Il ne put s’empêcher d’en faire la remarque.

- Tu as de magnifiques fesses tu sais.

Seiji se releva en un éclair et se retourna pour faire face à la personne qui venait de parler.

- Sono…
- Bonsoir Seiji. Désolé pour la dernière fois au bar, si j’avais su…
- Nan c’est moi qui suis désolé…

Seiji n’arrivait pas à regarder Sono dans les yeux sans ressentir de la gêne ou encore de l’excitation il ne savait comment définir ce sentiment qui s’éveillait au fond de lui.

- Je pensais que tu ne viendrais pas après ce qui c’est passé l’autre soir…tu es parti si soudainement…
- Nan c’est mon enfoiré de PC qui a planté! Je voulais rester et continuer! Dans ma douche j’ai même…
- Tu as quoi ?

Le regard de Sono changea soudainement, doucement il se redressa et se dirigea vers Seiji d’un pas lent et sensuel.

Seiji stressa immédiatement en le voyant se diriger vers lui, ses mains, posées sur le bord du lavabo, le serraient au maximum l’aidant à rester debout, ses jambes vacillaient en voyant l’objet des ses fantasmes devant lui en chair et en os.

- Seiji, on est mal partis, réellement, ça te dirai qu’on recommence tout?
- Ou…oui…c…c’est vrai que…je…tu…
- Il, nous, vous, ils. Nan, un peu de sérieux ça te tente ou pas? Moi, oui, très. Mais au fait c’est moi ou t’es tendu?
- Bah…je…

Sono continuait d’avancer vers lui tout en le dévorant du regard. Seiji se sentait de plus en plus défaillir.

- C’est moi qui te mets dans cet état, dis?
- Ou…oui.
- Tu sais que t’es mignon à rougir comme ça…ça me donne encore plus envie de te prendre contre l’évier immédiatement.
- So…no…

Sono était finalement arrivé jusqu’à lui, il mit ses mains non loin de celles de Seiji, se trouvant sur le lavabo. Il rapprocha son visage du sien, très près et de sa langue il se mit à lécher les lèvres de Seiji entrouvertes.
Seiji sentait son corps devenir de plus en plus chaud et n’arrivait plus à parler ni à bouger.
Il se laissa tout simplement faire.

- J’ai envie de tes lèvres…de ton corps…dis-moi que t’en as toujours envie toi aussi…dis moi que tu me veux…que tu es venu pour ça…
- Je ne pense qu’à ça depuis l’autre soir…embrasse-moi…
- Tu es plus mignon que je ne l’imaginais…je pourrais pas attendre un instant de plus, je te veux tout de suite, il y a un verrou sur la porte, attends je vais le fermer.

Sono alla donc fermer la porte des toilettes pendant que Seiji essayait tant bien que mal de rester debout, ses jambes le lâchaient.
Une fois la porte fermée, il se rapprocha de lui et repris la position qu’il avait quelques secondes plus tôt.
Les yeux de Sono dévoraient Seiji, doucement il colla sa taille à la sienne et la fit bouger dans un mouvement vertical.
Seiji tourna le visage de côté afin d’éviter le regard d’envi de Sono et aussi pour lui cacher la rougeur sur son visage, qui en avait prit entièrement possession.

- Sono attends…tu…
- Tu trouves que je vais trop vite c’est ça ?
- Oui…
- T’inquiète je vais pas te faire l’amour tout de suite là maintenant…mais si je pouvais seulement te faire plaisir…si tu veux bien…
- Je…ta main…

Sono avait posé une de ses mains contre le sexe de Seiji et commençait à le caresser doucement par dessus son jean.

- Tu n’aimes pas?
- Si mais…nan attends…
- Ok j’arrête excuse-moi je suis trop pressé. Je vais retourner bosser on se voit après si tu veux.

Sono s’était détaché de Seiji à contrecœur et se dirigea une nouvelle fois vers la porte des toilettes. Il allait ouvrir le verrou lorsqu’il sentit le corps de Seiji se coller à lui précipitamment, ses mains posées sur son torse.

- Reste…
- Tu sais ce que tu veux Sei ? Tu me dis d’arrêter et quand je pars tu veux que je reste. T’es pire qu’un gosse tu sais.
- Oui je sais ! Vas-y casse toi !…De toute façon t’en as rien à foutre de moi tu penses qu’a me sauter…
- Et toi c’est pas à ça que tu pensais la dernière fois sur MSN ?
- Si mais tu m’avais excité…

Seiji était toujours accroché à la taille de Sono il ne le lâchait pas. Il avait dit ces derniers mots d’une voix douce et calme avec une pointe de tristesse ou d’angoisse, ce qui calma Sono immédiatement. Celui ci se retourna doucement vers Seiji sans mettre fin à cette étreinte, il posa une de ses mains sur son visage et le lui caressa doucement.

- Je voulais pas t’énerver, je suis désolé. Mais j’ai tellement rêvé de cette soirée que quand j’ai réalisé que c’était toi, j’ai perdu les pédales et j’ai été pressant…
- Encore une fois on est mal partis tout les deux…
- C’est vrai, à croire que quelqu’un nous en veut pour ça.
- Tu…tu…

Sono le regardait à présent tendrement, il s’amusait même avec une de ses mèches de cheveux.

- Qu’est ce que tu veux me dire Sei ?
- Tu veux boire un verre chez moi après le boulot? Bon c’est vrai qu’un bar est fait pour ça mais…
- Ca marche, on pourra discuter tranquillement comme ça.
- Oui.

Seiji allait embrasser de lui même Sono lorsque quelqu’un frappa à la porte des toilettes.

- Sono j’ai besoin de toi au bar tu reviens?
- J’arrive.
- Ok.
- Désolé c’est Mat…Je vais devoir y aller mais tu m’attends n’oublie pas que tu m’as promis un verre.
- T’inquiète pas j’ai pas oublié.

Sono retourna donc à son travail tandis que Seiji s’installa à une table au fond de la salle pour pouvoir le regarder travailler tranquillement.
Une fois le bar fermé, ils rentrèrent tous les deux comme prévu.
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Sam 4 Aoû - 23:26

Chapitre 5



Après quelques minutes de marche à pied, ils se retrouvèrent devant la porte d’entrée de l’appartement de Seiji.
D’une main tremblante et peu assurée, il déverrouilla la porte, une fois ouverte ils entrèrent.

- Sympa, chez toi.
- C’est ma sœur qui s’est occupée de la déco.
- Elle a bon goût.

L’intérieur de l’appartement dégageait une douce chaleur apaisante. L’entrée donnait sur un salon décoré à « l’Africaine », meubles en bois, masques tribaux, peintures Africaines, ainsi que bibelots de toutes sortes rappelant ce continent. Juste à droite se trouvait une cuisine Américaine aménagée avec de très bons goûts, assez spacieuse pour ce petit appartement.

- Assieds-toi, j’arrive.

Il lui montra le canapé en cuir noir placé devant une baie vitrée.
Sono s’exécuta sans dire un mot, toujours en pleine contemplation de cet intérieur.
Seiji, quant à lui, se dirigea vers un meuble de la cuisine, en sortit deux verres ainsi qu’une bouteille de saké, puis rejoint son invité sur le canapé.

- Désolé, je n’ai que ça. Ca t’ira ?
- Parfait.
- Tu veux autre chose? Que je mette de la musique ou la télé…
- Nan rien de plus ça me va très bien merci.
- Ok…

L’atmosphère était quelque peu tendue, mais au fil des verres, celle-ci se détendit, ce qui fut aussi le cas des garçons qui s’étaient découvert des passions et goûts en commun.

Il était à présent 4h20 du matin et ils avaient à présent fini la bouteille de saké et étaient tous les deux affalés sur le canapé.

- Va falloir que je rentre, il s’fait tard là.
- Reste là c’te nuit s’teup !!

Seiji s’était jeté sur Sono, le serrant par la taille et l’empêchant ainsi de bouger.

- Si je reste, tu sais ce qu’il risque de s’passer Sei…j’pourrai pas me contrôler là avec la dose d’alcool que j’ai.
- M’en fous j’veux me réveiller à tes côtés d’main.
- Alors allons dans ta chambre tout de suite. J’te suis.

Ils se levèrent donc et allèrent dans la chambre.
Une fois là, Seiji se prit les pieds dans un pantalon qui traînait et s’étala sur son lit.
Sono inquiet s’approcha de lui et allait le faire se retourné mais il fut pris de court, Seiji se retourna de lui même.

- Ca va aller ?
- Oui. Viens.

Allongé sur son lit, il tendit ses bras à Sono, l’invitant à le rejoindre. Ce corps allongé en face de lui l’excitait, cette respiration haletante, cette bouche humide entrouverte et maintenant cette langue, passant doucement sur ces lèvres, qui le défiait de rester impassible à cette situation.
Seiji s’assit sur son lit voyant que Sono ne bougeait pas. Il posa ses paumes sur la chemise entrouverte du jeune homme, la déboutonna doucement tout en le regardant dans les yeux. Une fois la chemise ouverte, il put enfin admirer le torse musclé de ses rêves. Il se mit alors à l’effleurer du bout des doigts lentement, ce contact fit frissonner Sono. Ne pouvant plus bouger, paralysé par cette sensation, il se laissa faire, fermant les yeux et mordant sa lèvre inférieure.
Seiji, heureux de ce qu’il faisait, continua sur sa lancée. A présent ce n’étaient plus ses doigts qui parcouraient ce corps mais ses lèvres. Il embrassait chaque parcelle découverte du torse et de l’abdomen. Il s’arrêta un court instant et remarqua deux petits détails qui n’avait pas retenu son attention lors de son « inspection ». En effet deux corps étrangers étaient logés sur le ventre de Sono. L’un deux était un piercing au nombril et l’autre un tatouage tribal, commençant à peine au dessus du nombril et qui descendait sur le bas ventre.
Face à ça, Seiji eu une petite idée qu’il mit à exécution. De sa bouche il se mit redessiner les formes du tatouage en l’embrassant puis une fois fini, il remonta pour s’occuper du piercing. Il le prit délicatement en bouche et joua avec, sans oublier de donner quelques coups de langue au nombril de Sono, complètement excité par cet acte et n’arrivant plus à sortir un mot tant sa respiration se faisait rapide.
Tout en s’occupant de cette partie du corps de Sono, Seiji baissa les yeux et remarqua une bosse se former dans le pantalon de celui-ci.
Un sourire en coin, il s’arrêta.

- Je te fais un tel effet ?
- Tu peux pas imaginer à quel point…je commence à être à l’étroit, là…
- Oui j’ai vu. Je m’en occupe attend.

Il posa ses mains sur la braguette du pantalon et l’ouvrit doucement, puis y engouffra l’une d’elles pour caresser ce sexe durci.
Pour Seiji, c’était la première fois qu’il faisait ça mais il n’avait aucun doute sur ce qu’aimaient les hommes, sachant pertinemment ce qu’il fallait faire pour augmenter le désir chez son partenaire, il continua de suivre son instinct.
Il posa ses mains sur le haut du pantalon et le fit descendre le long de ses jambes doucement frôlant de ses doigts la peau de Sono, puis les remonta lentement jusqu’au boxer. Il commença à embrasser cette bosse, ses mains parcourant une partie du dos de Sono puis vinrent se mettre à l’intérieur du boxer au niveau des fesses, qu’elles caressèrent.
Sono n’en pouvait plus.

- Merde Sei me fais pas attendre…

Il lui retira donc son boxer et découvrit enfin son « jouet ».

- Tu m’avais caché ça. dit Seiji le regardant dans les yeux un sourire en coin.
- De quoi ?
- Qu’elle était si belle et grosse.
- Parce que d’hab ça t’intéresse ? Je croyais que tu te faisais que des femmes.
- Oui mais…
- Arrête de parler et passe aux actes j’en peux plus là, vraiment.
- Bien chef, vos désirs sont des ordres.
- Chef ? mais qu’est-ce…

Seiji se jeta sans prévenir sur le sexe de Sono et le prit en bouche, ce qui lui coupa la parole. Puis de sa langue il se mit à donner quelques coups sur le sexe qui lui faisait face, insistant par moments sur le gland.
La tête penchée en arrière, les yeux fermés et la respiration rapide et saccadée, Sono posa ses mains autour de la nuque de Seiji et le fit se rapprocher de son sexe afin qui le prenne entièrement en bouche. Seiji ne s’en plaignit pas, au contraire, des gémissements produits par lui-même se faisaient entendre.

- Sei arrête sinon je vais…aah…attends…nan…

Seiji ne s’arrêta pas, au contraire il augmenta le rythme des va-et-vient créés par sa bouche. Dans un râle de plaisir Sono ne put se retenir et se déversa dans la bouche de Seiji. Heureux d’avoir reçu sa « récompense », il s’allongea de nouveau sur le lit mais cette fois il entraîna Sono dans sa course.
Une fois au-dessus de lui, Sono l’embrassa à pleine bouche, sa langue jouant avec celle de Seiji. De ses mains il commença à le déshabiller. Une fois les vêtements retirés il se mit à son tour à le caresser et à embrasser ce corps. Lorsqu’il s’arrêta sur ses mamelons, qui commença à les sucer et à les mordiller, Seiji sentit une immense chaleur l’envahir. Mais il ne sut pourquoi, il dût l’arrêter là.

- Sono attends, je peux pas…
- Quoi ?

Il n’en revenait pas se faire couper ainsi dans sa lancée, c’était la première fois.

- Désolé mais je…je peux pas…c’est déjà nouveau pour moi ce que j’ai fait là je…
- Je comprend c’est pas grave on arrête, on verra plus tard.
- Tu m’en veux pas ?
- Nan c’est bon. La salle de bain elle est où ? J’aimerais prendre une douche.
- La porte à droite en sortant de la chambre. Tu trouveras des serviettes dans le meuble sous lavabo.
- Ok.

Il se leva donc et sortit de la pièce, laissant Seiji seul face à quelques questions.

- Pourquoi je réagis comme ça, moi ?… Pourtant j’en ai envie… Et il m’en veux vraiment pas ?…

C’est à ce moment-là que quelque chose lui revint à l’esprit. C’était une phrase que Sono avait dit la dernière fois sur MSN « t’es vraiment sûr ? une fois lancé je peux plus m’arrêter. »

- Merde.

Dans la salle de bain, Sono c’était glissé sous l’eau froide de la douche et resta là quelques minutes essayant de se calmer, de reprendre ses esprits. Ces quelques minutes ce sont transformées en une demie heure et lorsqu’il rentra de nouveau dans la chambre, il découvrit Seiji endormi sur le ventre.
Il se glissa donc doucement sous le drap essayant de ne pas trop le bouger, évitant ainsi de le réveiller.
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Sam 4 Aoû - 23:27

Chapitre6
partie1



Le lendemain, le soleil baignait dans la chambre de Seiji, il faisait beau, aucun nuage ne gâchait ce ciel bleu, c’était une merveilleuse journée qui s’annonçait. Une journée faite pour sortir en couple, se balader insouciant dans un parc, s’installer sur un banc près d’une fontaine à écouter le chant des oiseaux, se dire l’un à l’autre combien on tient à cette personne, que passé sa vie sans elle est inconcevable. Puis à s’embrasser, se regarder tendrement, s’enlacer et recommencer sans jamais pouvoir s’arrêter.
C’est vrai c’est une journée de rêve si on se réveille du bon pied au côté de la personne désirée…

Un rayon de soleil se posa sur le visage endormi de Seiji et vint le sortir de ses songes doucement. Il se réveilla seul, la place encore dessinée du corps de Sono était vide. Il paniqua à cette découverte.

- Où il est passé ?!

Son cœur battait la chamade le savoir parti le paralysait. Après un court instant il sortit des draps. Habillé d’un simple pantalon de jogging il partit en direction de la cuisine où se dégageait une douce odeur de café moulu et chaud.
À chaque pas son cœur battait de plus en plus fort sans savoir qu’elle en était la raison. Une fois au bout du couloir son regard vagabonda dans son salon, vide, seule présence : deux verres vides, une bouteille de saké vide elle aussi et le son d’un programme musical qui passait à la télé. Seiji reconnut aussitôt un de ses chanteurs préférés, Miyavi. En plus d’avoir une magnifique voix il possède un corps de rêve. Il le mangea des yeux un certain temps jusqu’à ce qu’un raclement de voix le fit revenir sur terre.

- Alors on bave devant se beau mec ? Remarque t’as raison. Ca te dit un café ?

Seiji fit volte face immédiatement en reconnaissant cette voix, une voix d’homme, celle de Sono.
Son cœur s’emballa de plus belle.
Des images de la veille lui revient en tête. Se rappelant des faits, sa tête lui fit un mal de chien, il posa doucement sa main sur celle-ci, cachant son visage par la même occasion.

- J’ai trouvé des aspirines dans la salle de bain je t’en ai sorti au cas où tu en aies besoin ce matin, et vu ta tête je pense que j’ai eu raison.

Sans répondre, Seiji se jeta sur la boite désignée par l’index de Sono, sortit 2 comprimés et les avala en même temps qu’un verre de jus d’orange.

- Assieds-toi, le petit déj est prêt, j’espère que ça t’ira.

Comme un bon petit soldat Seiji obéit et s’installa sur un des tabourets du bar de la cuisine. Sono lui servit du gruau de riz accompagné de concombres marinés, des œufs confis au sel, du poisson à la vapeur, ainsi qu’un bol de riz arrosé de thé vert et de la soupe de tortue.
Seiji, face à toute cette nourriture affichait un visage surpris et déconcerté, lui qui d’habitude prenait un fruit et partait au travail, et encore, quand il avait le temps…

- Ma mère a toujours dit qu’il n’y avait rien de mieux qu’un petit déjeuner traditionnel préparé maison pour commencer la journée. J’espère que ça te plaira, j’ai galéré pour tout trouver ce matin sur le marché mais j’ai réussi. Bon ok y a que la soupe de tortue qui n’est pas faite pour le ptit déj mais bon j’en avais envie. Bah qu’est-ce qui t’arrive tu manges pas ?

Seiji avait la bouche grande ouverte, il était 9h20 du matin et tous ces plats prenaient normalement des heures de préparation.

- T’as passé la nuit dessus ?
- Bah heu nan quelques heures, à 5h je pouvais plus dormir et je savais pas quoi faire alors je suis sorti faire un tour et j’ai eu l’envie de faire à bouffer en passant devant les produits frais en vente sur le marché. Allez mange, ça va refroidir.
- Mais pourquoi t’as…

Sono posa ses baguettes doucement sur la table, se leva, fit le tour du bar, saisit le bras gauche de Seiji, lui fit faire un quart de tour sur le tabouret, prit les baguettes de ce dernier, attrapa un morceau de poisson grâce à elles et le présenta à Seiji.

- Mange, je t’ai dis que ça allait devenir froid. Quand je me casse le cul à faire à manger j’estime q’il est normal de manger chaud, nan ? Allez ouvre la bouche, tu verras c’est un délice.

Tout en lui parlant, les yeux de Sono ne pouvaient quitter les douce lèvres de Seiji. D’un geste lent, il rapprocha la nourriture à ces lèvres.

- Alors qu’en penses-tu ? C’est bon nan ? Attends, il t’en reste un bout là au coin des lèvres.

Lentement il approcha sa bouche de celle de Seiji et d’un doux coup de langue rattrapa ce morceau perdu.
Seiji ne pouvait plus bouger, il ne sut comment réagir et quoi faire.
Face à ce trouble, Sono en profita.

- Tu t’es amusé avec moi cette nuit maintenant c’est mon tour mon beau Sei.

Il posa les baquettes sur la table, récupéra le torchon qui lui entourait la taille et emprisonna les bras de Seiji dans son dos, de façon à ce qu’il ne puisse plus bouger.

- Qu’est ce que tu fais ?
- Je prépare mon terrain de jeu. Laisse toi faire, dis rien et obéis-moi. Cette fois ci ne le mange pas.

Il donna un nouveau bout de poisson à Seiji, qu’il garda entre les dents.
Une nouvelle fois il libéra ses mains qu’il posa sur le torse dénudé de Seiji. Doucement elles le caressèrent. Sa main droite se mit à caresser le téton droit de ce corps, durcit par ces caresses. Il se mit à le pincer entre son index et son majeur quelques minutes, puis sa bouche vient le lécher et le sucer. Doucement sa langue remonta le long de son cou et s’arrêta à son oreille.

- Tu vas voir de quoi je suis capable quand on me laisse en plan comme ça. Tu t’imagines même pas dans quel état tu m’as laissé cette nuit.

Seiji le regarda en coin, la tête penchée en arrière, les yeux mi-clos, les pupilles dilatées.
Sono le contempla tout en mordant sa lèvre inférieure, puis s’arrêta et reprit « son jeu ». Sa bouche s’aventura sur l’oreille de Seiji, après quelques coups de langue sur celle-ci, il s’aventura sur le lobe et le mordit, se qui arracha un petit gémissement à Seiji.
Doucement ses mains descendirent le long du corps chaud et s’arrêtèrent sur ses cuisses. Il les saisit fermement et les fit s’écartés pour pouvoir se coller plus à lui. Une fois contre lui, Sono rapprocha sa bouche de celle de Seiji et l’embrassa ne prenant pas pour autant le morceau de nourriture s’y trouvant.

- Alors comment tu te sens ? T’aimes ?

En plus de ne pouvoir être maître de ses mouvements, Seiji ne pouvait parler, émettre des sons était la seule faculté qui lui restait.
Lentement la bouche de Sono descendit tout le long de son corps, embrassant, léchant et caressant chaque endroit où celle ci se déplaçait.
Arriver au pantalon de jogging, Sono le lui retira ainsi que son boxer. Celui ci dévoila le sexe de Seiji déjà dressé.

- Je vois que mon petit jeu à ses effets. C’est exactement ce que je voulais.

Seiji releva la tête immédiatement, les yeux écarquillés, Sono se mit à rire le voyant réagir ainsi.

- Ne t’inquiète pas détend toi je ne te ferais que du bien. Comme toi cette nuit mais contrairement à toi je ne m’arrêterai pas.
- Han !…
- Chuut laisse toi faire…j’ai envie de te goûter, ce sera toi mon petit déjeuner.

Il posa donc ses lèvres sur le sexe de Seiji et l’effleura doucement de haut en bas, ne voulant pas pour le moment « le goûter » entièrement, il voulait « savourer ».
Le corps de Seiji devenait de plus en plus chaud et de plus en plus excité. Chaque contact qu’il avait avec Sono lui faisait sortir des gémissements.
Sono devenait lui aussi très excité. Tout en continuant il retira lui même son jean et son boxer, dévoilant à son tour son sexe durci.
Rassemblant toute la volonté du monde Seiji sortit quelques voyelle pour lui parler.

- …a…y…
- De quoi ?
- …en…a !
- Je comprend pas articule. Lui dit il un sourire en coin.
- …EN…OI !
- J’ai compris je te faisais marcher. Tu veux que je la prenne c’est ça ?
- …ui…
- Bien… A l’attaque alors.
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Lun 13 Aoû - 0:53

Chapitre 6 (partie2)



Sans se faire attendre une seconde de plus, Sono prit le sexe de Seiji en bouche et commença à faire des va-et-vient doucement dessus pendant que ses mains continuaient de caresser « cet objet de plaisir » et sa langue qui formait des cercles en le léchant en même temps.
Seiji était en plein extase, la tête en arrière penchant un petit peu sur la droite, les yeux mi-clos. Le morceau de poisson étant toujours là, il avait du mal à avaler correctement sa salive ce qui fit qu’une partie se mit à couler le long de ses lèvres, pour ensuite se retrouver le long de sa gorge.
À chaque va et viens de plus en plus poussé sur son sexe, Seiji sortait des gémissement de plus en plus fort et bougeait son bassin de plus en plus vite pour faire comprendre à Sono qu’il voulait qu’il accélère. Ca lui paressait trop long à son goût et voulait se « délivrer » le plus vite possible, n’arrivant plus à se retenir tellement ça lui plaisait.
Sono quand à lui ne l’entendait pas de la même manière, il voulait faire continuer ce plaisir le plus longtemps possible, il continua donc doucement « son affaire », gémissant lui aussi de temps en temps. Ses mains avaient maintenant quitté le sexe de Seiji pour se remettre à caresser son corps doucement du bout des doigts, pour ensuite se retrouver sur ses tétons durcis, qu’il « maltraita » en les pincements de plus en plus fort. Sous les effets Seiji devint encore plus excité et Sono le ressentit, le sexe se trouvant dans sa bouche se fit plus gonflé et plus grand qu’il ne l’était déjà.
Toujours en train de le sucer, Sono leva le regard sur Seiji et remarqua qu’il prenait un bien fou à tout ceci, un petit sourire sadique s’afficha sur son visage, il sentait que Seiji était sur le point de « se libérer » et cette idée ne le plaisait pas trop alors au point culminant il se stoppa, remonta lentement le long du corps de Seiji, le léchant tout au long, une fois arrivé au niveau de son coup, il remarqua le filet de salive de Seiji et le lécha, suivit son chemin et remonta jusqu’à ses lèvres. Son amant avait toujours la tête en arrière, Sono posa sa main gauche derrière sa nuque et redressa sa tête. Il plongea son regard dans celui pétillant de Seiji et s’empara de ses lèvres qu’il embrassa et délivra en mangeant l’aliment qui s’y trouvait.
Tout contre ses lèvres Sono prit la parole.

- Alors ça t’a plu?
- Tu…tu t’arrêtes là??? Mais regard dans quel état je suis! Aide-moi à me sentir mieux s’il te plait…

Seiji n’en revenait pas qu’il puisse s’arrêter là. Ok cette nuit lui aussi à été cruel mais pas au point de le laissé excité à ce point là sans pouvoir se sentir mieux.
Sono se leva, posa ses mains sur ses hanches et le fixa du regard.

- Hors de question, tu resteras dans cet état toute la journée jusqu’à ce soir. Tu n’as pas le droit de te finir. Je veux que tu restes comme ça jusqu’à ce que je décide de te délivrer moi même, pas avant. Et pour être sur que tu feras rien je te laisse attaché jusqu’à ce soir. Mais je suis pas fou au point de te laisser te foutre le dos en l’air et prendre froid assis là sur ce tabouret. Lèves toi et suis moi.
- Mais Sono merde fais pas le con !
- Hé! C’est moi qui pose les règles si tu ne les suis pas je me casse. Choisis !

Sono s’était rapproché très vite du visage de Seiji et l’obligea à le regarder en face tenant son menton avec ses doigts.
Seiji encore chaud, rougit encore plus, troublé il détourna le regard du sien avant de lui répondre d’une voix faible.

- Nan, reste…
- De quoi?
- Je…je…je veux que tu restes.
- Je comptais pas te laisser de toute façon. Allez beau gosse file dans ta chambre. Passe devant je te suis.
- Ok mais n’en profite pas.

Seiji se leva, tourna le dos à Sono et avança en direction de sa chambre.

- Je te promets rien. Allez avance-moi ce beau cul un peu.

Tout en lui disant ça il tapa sur ses fesses musclées.

- Hé!!
- Ho tu fais ta sainte nitouche alors qu’il y a même pas cinq minutes tu étais près à ce que je te prenne.
- C’est pas pareil…et arrête de parler comme ça…
- Pourquoi ça? Ca te gène?
- Nan c’est pas ça c’est que…
- Attends, dis pas que ça t’excite encore plus?!

Sono se mit à rire se qui créa de la gène chez Seiji.

- Hé bah si…
- Ok je garde ça pour plus tard alors, ainsi qu’autres choses. Je savais pas que t’avais des côté SM.
- Non mais arrête de dire des conneries aussi!
- Tais-toi et rentre, on est arrivé.

Ils entrèrent tout les deux dans la chambre.
Sono demanda à Seiji de rester debout le temps qu’il aille chercher quelque chose dans les poches de sa veste posée sur le sol. Il revint avec l’objet en question dans les mains…c’étaient des menottes.

- Tu fous quoi avec ça ??
- À ton avis. Maintenant mets-toi sur le lit.
- Mais…
- Sei!
- Bon ok…

Seiji se dirigea lentement vers son lit. Une fois atteint, il s’allongea dessus et se mit sur le côté.
Sono s’approcha de lui, il lui prit doucement les poignets, les desserra en enlevant le torchon qui les liaient et les accrocha une nouvelle fois mais cette fois ci aux barreaux du lit grâce aux menottes.
Une fois après avoir accroché Seiji, Sono rapprocha le drap de lui ainsi qu’une couverture.
- Je te laisse ça au cas où tu prenne froid. Je m’en voudrais.
- Hum…

Doucement Sono s’approcha du visage de Seiji et embrassa son front avant de reprendre la parole.

- Sois sage pendant mon absence, je reviens vite.
- Quoi tu pars ? Mais je croyais que…
- Ne t’inquiète pas j’ai juste un truc à aller chercher je reviens dans quelques heures.
- Heures ?
- Oui bon je file sinon ça sera encore plus long. À tout à l’heure mon mignon.

Une fois que le bruit de la fermeture de la porte d’entrée se fit entendre, Seiji cria.

- MERDE SONO REVIENS !!! RELACHE MOI !! C’est pas juste…je mérite pas ça…ok j’ai pas assuré hier mais bon…et merde je peux plus rien faire maintenant. Bon bah je vais attendre. Il aurait pu me mettre la télé quand même. BOULET !

Seiji resta dans sa chambre sans rien pouvoir faire pendant plusieurs heures. Toute la journée pour être plus précis.
Pendant ce temps-là, Sono se baladait tranquillement en ville ainsi que dans plusieurs magasins, sans se préoccuper de la personne qui attendait impatiemment son retour, attaché sur son lit frustré comme pas permis.
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Lun 13 Aoû - 0:54

Chapitre 6 (partie3)



Il était à présent 19h58 lorsqu’un bruit de clefs se fit entendre dans l’appartement calme. En rentrant Sono pensait être accueilli par des cris de reproche de la part de Seiji mais non, aucun bruit, aucune plainte, rien.
Il s’inquiéta alors et fonça directement dans la chambre. Une fois rentré il fut soulagé, Seiji n’était pas mort il s’était tout simplement endormi.
Sono s’approcha alors à pas de loup jusqu’au bord du lit, s’agenouilla par terre, posa ses coudes sur le matelas et resta là à le regarder dormir.
Sans s’en rendre compte, après cinq petites minutes à le regarder, il se trouvait à présent en train de jouer avec une de ses mèches de cheveux.
Sous ce contact, Seiji se réveilla doucement, la première chose qu’il vit fut les yeux de Sono qui ne le lâchaient pas.
Encore à moitié endormi, il se rapprocha de Sono et réussit à poser sa tête contre le haut de sa poitrine.

- T’étais où?…tu m’as abandonné…
- J’ai fais quelques magasins, mais j’ai pas trouvé ce que je voulais.
- Et c’était quoi ?
- Un fouet

Seiji se recula violemment de Sono, il le regardait les yeux en orbite, choqué par ce qu’il venait d’entendre. Quand à Sono, il était souriant, les yeux fermés un énorme sourire sur les lèvres.
Puis il éclata de rire voyant l’expression sur le visage de Seiji qui ne voulait pas le quitter.

- C’est bon je blague. J’étais parti dans un gros délire mais c’est bon c’est passé. D’ailleurs les menottes sont de trop maintenant, tourne-toi que je te les enlève.

Seiji acquiesça de la tête et tourna le dos à Sono lui présentant ses mains liées. Il les lui prit délicatement et les libéra.
Une fois ceci fait Sono se leva et compta sortir de la chambre laissant ainsi Seiji tranquille pour se rhabiller mais ce dernier, le voyant s’éloigner petit à petit, sortit du lit et le retient le bras.

- Tu repars ?
- Ouais je vais te laisser.
- Pourquoi ?
- Si je reste une minute de plus dans cette chambre à te voir nu comme ça je me retiendrait pas.

Seiji se rendit compte alors qu’il ne portait toujours pas de vêtements, lui qui d’habitude était pudique ne fit rien pour se cacher au contraire il alla s’allonger sur son lit ne lâcha pas du regard Sono, qui détaillait chaque parcelle de son corps.

- Qu’est ce que tu fous là?! Va t’habiller, bordel!
- Non, pas maintenant, plus tard.
- Tu veux quoi à la fin Sei?
- Toi tout simplement.
- Moi?
- Oui. Je te l’ai dis sur MSN la dernière fois.
- Bien tu l’auras voulu alors.

D’un pas décidé Sono se rapprocha du lit et se mit à califourchon sur le corps nu de Seiji.
Le rythme cardiaque des deux hommes augmentait considérablement. Sono, de ses mains, effleura le torse musclé de Seiji le dévorant des yeux. Seiji en tremblait, ressentant des frissons parcourant tout son corps. Il entreprit alors de déshabiller Sono, il lui retira donc sa chemise la jetant à terre, une fois fait il enleva la ceinture de son pantalon, il allait commencer à ouvrir la braguette du pantalon lorsque sans s’en rendre compte, sa main était en train de caresser son sexe à travers son pantalon en cuir. Sono, sous ce contact, pencha instinctivement la tête en arrière, se mordant en même temps sa lèvre inférieure. Seiji sourit face à sa réaction et continua, devenant de plus en plus insistant sur les caresses, les faisant de plus en plus rapidement sans oublier de bouger ses hanches afin d’augmenter le désir chez son partenaire. Il l’avait fait languire tout à l’heure et voulait se venger un minimum. De la bouche de Sono ne sortit que des petits gémissements de plaintes et de plaisir mélangés. Seiji lui fit plaisir, il le libéra de son pantalon en cuir et de son boxer.
Ils étaient à présent nus tout les deux, Sono au dessus de l’autre, à bouger leurs hanches, stimulant ainsi leurs sexes. La température ne cessait d’augmenter. Sono se pencha et embrassa fougueusement Seiji, leurs langues valsaient dans une danse entraînante et poussée, devenant pressantes l’une comme l’autre.
Leurs mains parcouraient leurs corps, les touchaient, les caressaient, les effleuraient. Soudain sans rien dire Sono se leva, enjamba une nouvelle fois Seiji mais cette fois en lui tournant le dos. Il se recula un peu afin de présenter sa verge tendue au lèvres de Seiji et pouvant ainsi, lui aussi, avoir la sienne.
Sans parler Seiji comprit son intention, à leur stade les mots étaient futiles tout se savait sans le dire, les désirs de l’autre, ses attentes, ses envies, tout se savait. De sa langue il commença à la lécher doucement, donnant quelques coups de langue dessus. Sono ne se fit pas prier il entama à son tour une danse effrénée autour et sur le sexe de Seiji grâce à sa langue.
Sono le lécha un bon moment mais ne le prit pas en bouche, à la place sa langue descendit vers l’anus qu’il humidifia. Sous cette sensation Seiji s’arrêta et gémit de plaisir. Trop heureux de l’effet donné Sono continua mais très vite ce sont ses doigts qu’il humidifia et qu’il fit entrer doucement dans l’orifice. Seiji se crispa, les dents serrées, la tête en arrière, les yeux fermés il souleva son torse.

- Détends-toi je te prépare…tu vas voir ça te fera du bien faut juste que ça passe.
- Je te fais confiance.

Seiji avait encore les dents serrées en disant cela ce qui provoqua un petit rire moqueur chez Sono.
Il fit faire des va-et-vient à ses doigts, les bougeant et en même temps agrandissant le passage afin qu’il puisse rentrer sans faire trop de mal à Seiji.
Chaque mouvement commençait à faire de l’effet à Seiji, il devenait de plus en plus excité, la température de son corps ne cessant d’augmenter. Lorsque le passage fut prêt, Sono se leva, se remit dans sa position du départ, à califourchon sur Seiji, agrippa ses jambes, le souleva un peu de dessus le lit.

- Tu es prêt? Je ne tiens plus, de mon côté…
- Hum.

Seiji acquiesça d’un mouvement de tête.
Sono dirigea son sexe vers l’anus de Seiji et le fit rentrer doucement, même ayant prit des précautions pour préparer Seiji à son « entrée » en lui, celà ne l’empêcha pas de sortir un gémissement de douleur. Sono continua doucement jusqu’à ce qu’il puisse se pencher sur le corps de son amant pour l’embrasser tendrement.

- Essaye de te détendre, ça va passer plus vite.
- Facile à dire pour toi…aaah doucement…
- Tu verras, tu vas prendre du plaisir une fois la douleur passée, je te le promets.

Doucement, Sono accéléra ses coups de hanches en Seiji, au fur et à mesure les plaintes de douleur laissèrent place à des gémissement de plaisir comme l’avait dit Sono quelques minutes plus tôt.
Seiji dût avouer qu’après la douleur passée il prenait un plaisir fou en cet acte et en redemandait en bougeant a son tour ses hanches afin d’augmenter le contact. Sono, commençant à s’essouffler, accéléra de plus en plus, augmentant la force de ses coups de reins. Il ne quittait pas Seiji des yeux le voyant ainsi prendre du plaisir, il vit alors qu’il prit son propre sexe en main et qu’il commença à se masturber, il voulait augmenter le plaisir qui ressentait.
Dans un cri de plaisir, poussé au même moment par les deux hommes, ils se libérèrent. Sono se retira de Seji, lui prit la main recouverte de son sperme et la lécha. Une fois la main « nettoyée » il la posa sur le lit et s’allongea sur le corps chaud et humide de Seiji, la tête posée sur son cœur.
Seiji essoufflé lui aussi, lui caressait les cheveux.

- Alors, tu trouves ça comment ?
- J’adore…si j’étais pas vidé je recommencerai tout de suite.
- Tu m’étonnes…mais comme tu l’as dit on est vidé et dans tout les sens du terme ça te dit de récupérer des forces ?
- Ouais tu as raison.
- Repose-toi bien, alors.
- Toi aussi…

Ils s’endormirent dans les bras l’un de l’autre et ne se réveillèrent pas avant tard le lendemain matin.
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Mar 21 Aoû - 1:03

Bonjour tous.


Je pose ce post pour vous prévenir que maintenant la suite de LINAS ainsi que mes autres histoires en cours et celles à venir se feront sur un blog réservé et "protégé" pour les mineurs (PROTÉGÉ est entre guillemets parce que même si c'est réservé à un public majeur (et averti) les mineurs peuvent aller desus c'est juste une protection pour moi comme ça je n'aurait pas la mauvaise surprise un matin de voir que mes fics sont effacées à cause de ça).
Voilà je viendrais juste ici pour mettre les dates des MAJs.
Voilà le lien -> http://01-natsuko-yaoi-yuri.over-blog.com/
Bisous.

ps: je me lance dans le yuri et les histoires pour adultes (histoires mettant en scène des hétéro) enfin si j'y arrive.
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Mer 29 Aoû - 15:51

Chapitre7 posé sur mon blog
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Mer 12 Sep - 10:01

Chapitre 8 et 9 posés ^^
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Utopia le Ven 9 Nov - 23:17

J'ai publié les chapitres 10 et 11 de la part de Fifi, sa carte réseau ayant trouvé la mort.

http://01-natsuko-yaoi-yuri.over-blog.com/

_________________

Les fictions d'Utopiα
Team Chou No Tsuki
avatar
Utopia
Premier Ministre Sushi

Féminin
Nombre de messages : 1706
Age : 33
Localisation : Tours, France
Genre de fictions : fictions originales
Loisirs : GLANDER!
Date d'inscription : 03/06/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: Téotahi Ariiheiva
Sexe: Homme
Age: 20 ans

Voir le profil de l'utilisateur http://utopia.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Jeu 27 Déc - 13:12

A y est j'ai ma carte réseau!!

A la demande de ma namour je vais poster les suites ici aussi en plus de mon blog ^^

Allez hop!
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Jeu 27 Déc - 13:51

Chapitre 7: Retrouvailles



Le lendemain matin, le soleil éclairait une nouvelle fois le visage de Seiji qui dormait comme un enfant. Sono, quant à lui, était réveillé et le regardait dormir, adossé à la tête de lit, une cigarette à la main, il semblait soucieux. Il faisait le moins de bruit possible pour ne pas réveiller son nouvel amant, mais ce fut peine perdue car une méchante toux le prit d’assaut.
C’est ainsi que Seiji sortit de ses rêves, s’étira comme un chat et entama la première discussion de la journée.

- Tu tousses bien fort dis moi. T’es malade?
- Nan, je pense pas.

La toux de Sono s’arrêta quelques minutes et recommença de plus belle.

- Tu bosses ce soir?
- Ouais.
- Bon, oublie je te remplace.
- Tu plaisantes?
- Non, Sono. Je suis sérieux, tu vois dans quel état t’es? Moi je suis en week-end donc t’inquiète. Vaut mieux que tu rentres te reposer.
- Mais...

Sa toux devint violente au point que Sono se retrouva plié en deux sur le lit. Seiji commençait à s’inquiéter et ne voulait pas lâcher l’affaire. Il était hors de question de laisser Sono travailler toute la nuit dans cet état.

- Bon, c’est décidé je te remplace. Je m’occupe du petit déj’, en attendant tu restes au chaud dans le lit et après manger tu rentres direct chez toi.
- Heu…

Seiji ne le laissa pas le temps de répliquer, il sortit du lit, attrapa son boxer, l’enfila et partit s’occuper du petit déjeuner.
Pendant ce temps là, Sono était resté dans le lit comme lui avait demandé Seiji, et s’était quelque peu assoupi en l’attendant. Quelques moments de la veille lui revinrent en mémoire, des questions commençaient à l’envahir, habituellement il n’était pas un homme qui s’attache aux gens, Sono est le genre de personne qui vit pour les relations d’une nuit et c’est tout mais là c’était différent. Depuis qu’il avait rencontré Seiji quelques semaines auparavant, il ne pouvait se passer de lui, il fallait qu’il lui parle chaque jour pour passer une bonne soirée.
Après une disparition de quinze minutes, Seiji réapparut dans la chambre, un plateau en main, où était disposé un petit déjeuner pour deux personnes.
Il s’assit sur son lit les jambes croisées, après avoir y déposé le plateau. Ils prirent leur petit déjeuner en échangeant quelques mots futiles, aucun d’eux n’avait encore abordé la soirée de la veille. Une fois le plateau repas vide, Sono prit une attitude de petit garçon qui avait peur qu’on lui retire l’objet le plus cher à ses yeux et d’une voix douce et calme il posa cette question qui le tourmentait depuis son réveil.

- Sei, on…on va se revoir ?
- Tu veux me revoir ? Je croyais que tu ne cherchais rien de sérieux, explique-toi.
- Ouais je sais, c’est bizarre mais j’aimerais bien qu’on se revoie. Pas toi ?
- Si, mais à une condition.
- Laquelle ?

Sono commençait à retrouver le sourire lorsque l’homme assit à ses côtés lui avoua que lui aussi voulait le revoir, c’était la première fois qu’il ressentait une telle joie.
Seiji se rapprocha de lui de manière à ce qu’il soit pile en face de lui.

- Tu me laisses te remplacer ce soir et si tu vas mieux tu me rejoins ici une fois ton service fini. On ne se reverra qu’à cette condition.
- Bien, je n’ai pas le choix.
- Non. Bon allez maintenant debout, habille-toi et file te reposer.
- Bien!

Sono sauta du lit du lit, s’habilla et fila directement chez lui.
Le soir venu, Seiji se rendit donc au bar dans l’intention de remplir son rôle de barman occasionnel. À peine fut-il rentré dans le bar qu’il fut accaparé par Mat.

- Sono m’a dit que tu le remplaçais. Dépêche-toi, va vite derrière le comptoir les clients vont pas tarder à arriver.
- Ok.

Il s’installa donc au comptoir et dans l’espace de dix minutes une nuée de clients s’engouffra à travers le portique du bar et l’accaparèrent. Très vite, Seiji croula sous les commandes de divers cocktail et alcools. Parmi tous ces clients, un seul resta toute la soirée à regarder Seiji travailler avec acharnement, il s’en amusait même à le voir courir dans tout les sens. Il ne l’avait pas lâché de la soirée, son regard ne quittait pas le corps de Seiji et ce dernier le remarqua très tôt et en fut vite agacé. Pourtant c’était une très jolie femme, aux cheveux bruns et bouclés. Généralement, il était flatté d’être le centre des pensées de ces dames mais là ce n’était pas le cas.
Entre deux ou trois cocktails, il jetait un œil sur elle, cette femme ne lui paressait pas inconnue mais il ne put s’attarder plus longtemps et continua son service sans se déconcentrer.

Une fois terminé, Seiji jeta un torchon sur le comptoir, marque de son épuisement, prit appui sur celui-ci, baissa la tête et ferma les yeux.

- Purée, comment il peut faire ça tout les soirs? C’est pas possible je tiendrais pas, moi, ça va que c’est juste pour un soir. Et moi qui ai insisté pour le remplacer, ma gentillesse me perdra.
- Bonsoir Seiji, tu vas bien?
- Pardon?

Seiji releva la tête et regarda la personne qui lui parlait. C’était la même qui n’avait pas arrêté de le regarder tout le long de son service.

- On se connaît ?
- Seiji, tu vas finir par me vexer. Tu ne te souviens pas de moi ?
- Heu non désolé…
- Charlotte. Charlotte Parker.
- Charlotte? Hum...

Seiji partit à la recherche de ses souvenirs de cette jeune femme et là dans un flash, il la vit assise dans les herbes folles d’un terrain de campagne en France.
Il y avait vécu longtemps avant de revenir dans son pays d’origine, Charlotte et lui s’étaient rencontrés à l’école primaire et très vite le courant passa entre eux deux. Jamais ils ne s’étaient quitté jusqu’au départ de Seiji. Depuis ils ne s’étaient jamais revus, cela faisait maintenant plus de dix ans.

- Lolotte c’est toi?
- Ah bah voilà! Ça fait trop plaisir de te revoir.
- Mais ouais! Mais pourquoi t’es là? Attends viens on va s’asseoir à la table là-bas et tu vas tout me raconter.
- Ça marche

Ils allèrent donc s’assoir à une table, Mat vint les rejoindre, confia les clefs du bar à Seiji et partit.

- Après ton départ, j’ai fait n’importe quoi et mes parents ont eu du mal avec mon comportement. Je leur répétais chaque jour que je voulais te revoir que j’avais qu’une envie c’était du partir au Japon te retrouver. À force ils en ont eu marre et m’ont envoyé en pension ici, j’ai fait des recherches mais je t’ai jamais retrouvé et puis ce soir je traînais et j’ai voulu aller dans ce bar, je passe souvent devant mais je m’y suis jamais arrêté jusqu’à maintenant. Et à peine je suis rentrée que je t’ai reconnu.
- Et bah! Je pensais pas que ça se passerait comme ça pour toi… Je suis désolé.
- C’est pas grave.
- Et tu fais quoi maintenant?
- Je travail dans une crèche.
- Sympa.
- Oui ils sont trop choux, je les adore !

Soudain Seiji regarda sa montre et pensa à l’éventualité où Sono l’attendait devant chez lui à moitié guéri.

- Heu désolé va falloir que j’y aille on m’attend.
- Petite amie?
- Non juste un…un…un copain, celui que je remplaçais ce soir.

Seiji était quelque peu gêné.

- Ok. Heu Seiji tu me laisses ton adresse? Maintenant qu’on s’est retrouvés ça serait con qu’on se perde de vue une nouvelle fois, non?
- Tu as raison, tiens.

Seiji prit une serviette en papier, y inscrit son adresse et lui donna.

- Hé mais on est voisins!
- Tu déconnes?
- Non, pas du tout!!
- Bah vient on rentre ensemble alors.
- Ça marche.

Seiji et Charlotte quittèrent ensemble le bar et firent le chemin de retour ensemble, à pied, tout en continuant de discuter.
Une fois arrivés devant la porte de la maison de Seiji, celui-ci remarqua que Sono ne l’attendait pas et il fut très déçu, il avait espéré le revoir cette nuit mais cela ne se ferait sûrement pas. Il afficha un air triste et Charlotte le remarqua.

- Il n’est pas là. Je peux te tenir compagnie en l’attendant si tu veux.
- Hum? Heu non, c’est bon je vais filer me coucher je suis mort.
- Ok.
- On se revoit bientôt.
- J’y compte bien! Repose-toi bien mon Ji-ji d’amour.
- Merci, toi aussi.

Charlotte posa sa main droite sur l’épaule de Seiji, s’approcha de lui et l’embrassa sur la joue, puit s’éloigna. Il se retrouva donc seul avec sa solitude et sa peine devant sa porte d’entrée. Certes il était heureux d’avoir retrouvé son amie d’enfance mais l’absence de Sono lui sapa le moral. Il rentra donc chez lui traînant les pieds, ne prit même pas la peine d’allumer la lumière, laissant ainsi la lune pour seul éclairage. Il posa ses clefs sur le bar de la cuisine et se tétanisa en découvrant une ombre en forme d’homme assis sur son canapé.
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Jeu 27 Déc - 13:53

Chapitre 8: Révélation



Seiji commença à paniquer quelque peu en voyant cette présence humaine chez lui, de sa main il chercha doucement un objet pour se défendre, qu’il cacha derrière son dos, et s’avança doucement vers la personne. Celle-ci ne décrocha aucun mot et sembla chercher quelque chose dans ses poches, pour en sortir deux objets, Seiji commença à paniquer, son cœur s’emballa, il avait peur.
L’homme assit dans l’ombre de la pièce alluma un biquet et l’approcha de son visage, la petite lumière permit à Seiji d’apercevoir qui était cette personne et il fut surprit en découvrant son identité.

- Sono qu’est ce que tu fous là?! Purée tu pouvais pas allumer la lumière?

Sono avait à présent allumé une cigarette, la partie rouge incandescente qui existait avant de se transformer en cendre éclairait une partie de son visage, il lui souriait.

- Alors comme ça je t’ai fait peur ? Excuse-moi j’avais pas envie d’allumer la lumière je voulais regarder la pleine lune et les étoiles, c’est pour ça. On a une belle vue du ciel ce soir.

Sono avait penché la tête en arrière, en direction de la baie vitrée, se trouvant derrière le canapé, et regardait le ciel. Vidé, Seiji se jeta à ses côtés sur le canapé et posa violemment l’objet qu’il avait caché. En entendant le bruit que cet objet fit en rencontrant la table basse, Sono baissa la tête violemment en direction du bruit, il fut surprit en voyant qu’il s’agissait d’un des plus gros couteaux de cuisine.

- Tu voulais me tuer ?
- Attends je rentre je vois quelqu’un chez moi, c’est logique nan?! Et puis tu fais quoi là au fait ?
- Tu te souviens pas que tu m’avais dit de passer une fois que j’allais mieux? Au fait merci de m’avoir remplacé ce soir, c’est cool de ta part.

Sono s’approcha de Seiji, il allait l’embrasser dans le cou mais se stoppa et remarqua quelque chose d’étrange.

- C’est quoi ce parfum de femme?
- Hein?

Seiji ne comprenait par la question de son ami, il était complètement fatigué et ne suivait plus rien. Sono s’énerva, pas seulement à cause de cette odeur de parfum féminin mais aussi après lui et sa réaction. Depuis ce matin il agissait de façon étrange, depuis son réveil il ne cessait de se poser des questions sur lui et sur ce qu’il attendait d’une relation avec un homme. Jusqu’à présent il avait passé son temps à s’amuser avec des hommes, passant d’un amant à l’autre tous les soirs de la semaine, mais depuis qu’il avait fait la rencontre de Seiji tout avait changé. Il ne pouvait plus envisager des relations furtives, éphémères, il se surprenait à espérer avoir une relation stable avec un homme et pour la première fois de sa vie il ressentit de la jalousie.

- Tu vas me répondre c’est quoi ce parfum?!

Sono était à présent à genoux sur la banquette du canapé, il avait les poings serrés sur ses genoux regardant durement Seiji. Son regard était froid et déstabilisa le jeune homme complètement abasourdi par cette scène de jalousie pur et simple.

- C’est le parfum d’une amie que j’ai rencontré au bar ce soir.
- Et vous avez passé la soirée ensemble? Tu as couché avec?
- En quoi ça te regarde? C’est pas parce que tu m’as sauté hier qu’on est ensemble ok? On était d’accord sur la base de se voir une fois pour que je vois comment c’est de coucher avec un homme. On avait dit un oneshot et je te retrouve chez moi le lendemain. Bon ok c’est moi qui t’ai dit de passer dès que t’allais mieux mais dans la simple idée de construire une amitié entre toi et moi, point final. Alors arrête là ta crise de jalousie et sors de chez moi, je suis crevé je vais me coucher. En tout cas merci pour hier ça m’a permis de voir que j’aime les femmes et non les hommes.
- Seiji…

Sono ne trouvait pas les mots pour se rattraper, il avait été nul là, c’est vrai qu’il n’avait été question de passer qu’une seule nuit ensemble, le marché lui avait convnu au départ, d’autant plus que c’était lui qui avait fait cette proposition à Seiji. Mais à présent il voulait plus, beaucoup plus. Sono ne comprenait pas comment Seiji pouvait dire qu’il aimait les filles malgré tout, la nuit dernière il avait découvert le plaisir avec un homme et tout en lui montrait qu’il aimait ça et là il venait de dire tout le contraire.
Tous les deux se levèrent mais chacun partit dans une direction différente, Sono rentra chez lui et Seiji alla se coucher.

Le lendemain Seiji fut réveillé à 6h par la sonnerie de sa porte d’entrée, péniblement il sortit du lit et alla ouvrir pestant après la personne qui venait le sortir de son lit si tôt. Cette nuit avait été affreuse, elle avait été hantée par des rêves de Sono, il devait se l’avouer Sono lui avait manqué cette nuit-là. En arrivant sur le pas de la porte il pria de toutes les forces qu’il lui restait, que la personne se trouvant derrière celle ci soit bel et bien l’homme qui avait hanté sa nuit. En ouvrant la porte il fut surprit de voir son amie Charlotte qui se tenait là, croissants à la main. Malgré sa joie de la voir il ne pouvait s’empêcher d’afficher une triste mine.

- Bon Ji-ji d’amour !! Ho ça a pas l’air d’aller toi…
- Non ça va, rentre.

Charlotte rentra dans l’appartement et s’installa à la cuisine après avoir fait le tour du propriétaire.

- Ton appartement est très bien décoré.
- Tu diras ça à ma sœur. Café ?
- Oui je veux bien.

Il leur servit donc deux tasses à café et s’assit en face de Charlotte. Elle n’était pas dupe à la peine de son ami et ne lâcha pas l’affaire.

- Je veux savoir ce qu’il a, il est bizarre. Pensa-t-elle. Bon alors dis-moi tout, qu’est ce qui ne va pas? Et ne viens pas me dire qu’il n’y a rien, je ne te croirais pas, je te connais trop Seiji, et tu peux tout me dire tu sais.
- Je crois que j’ai fait une connerie…
- Raconte-moi tout.

Seiji lui avoua tout, sa rencontre avec Sono, son attirance pour lui qui ne cessait de grandir, la nuit qu’ils avaient passé ensemble et le manque qu’il ressentait depuis le départ brusque de Sono la veille.

- Je sais plus où j’en suis Lolotte…jusqu’à maintenant j’étais avec des filles, ça allait bien, au lit c’était pas trop ça mais ça m’allait. Je sais plus quoi penser de moi.

Des larmes commençaient à monter et à couler sur le visage de Seiji. Peinée face à ce déchirement intérieur de son ami, Charlotte posa ses mains sur celles de Seiji et les lui caressa doucement avec ses pouces, d’une voix douce et calme elle essaya de la calmer de le rassurer.

- Seiji, as-tu pensé qu’il était possible que tu sois tombé amoureux de cet homme?
- Moi, amoureux d’un mec c’est pas possible, t’imagines ce que les gens diront?
- Laisse-les où ils sont, c’est à toi que tu dois penser. Tu sais quand on était ensemble…la nuit qu’on a passé avant ton départ…la nuit où on a couché ensemble je me suis rendu compte de quelque chose que moi seule j’avais compris à ce moment là. Seiji, tu n’as jamais pris de plaisir avec une femme, et c’est pas normal entre guillemets.
- Mais t’es…
- Laisse-moi continuer s’il te plait. Il n’y a aucune honte à avoir d’aimer quelqu’un du même sexe que toi tu sais, plein de personnes bien sont homosexuelles, des personnes à ton travail, que tu croises dans la rue, des amis et même des proches. Tu ne dois pas avoir peur des autres on a tous le droit au bonheur, on a tous le droit de trouver l’amour et de vivre avec la personne aimée. Tout ce que tu m’as dit prouve que tu es en train de tomber amoureux de se Sono et je pense que lui aussi d’où sa crise de jalousie hier lorsqu’il a senti mon parfum imprégné dans tes vêtements. Tu devrais aller lui parler et mettre cartes sur table et très vite.
- Tu…tu crois ?
- Oui.

Charlotte lui servit l’un de ses plus beaux, doux et rassurants sourires lorsqu’il la regarda. Seiji retrouva alors le sourire, il se sentait mieux, lui avoir parlé, l’avoir écouté avait eu un effet bénéfique sur lui et son état mental. Il se sentait booster et près à affronter son futur. Il avala d’une traite son café.

- Merci Lolotte !
- De rien. Je vais y aller je commence le boulot dans une heure.
- Moi aussi de toute façon. Merci d’être passé, de m’avoir remonté le moral et de m’avoir ouvert les yeux.
- C’était avec plaisir. N’oublie pas je serai toujours là pour toi mon Ji-ji d’amour. Bon je file, à plus!

Charlotte quitta l’appartement, suivie de Seiji quelques minutes plus tard.
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Jeu 27 Déc - 13:54

Chapitre 9: Nouveau départ



La journée fut très longue, Seiji n’eu aucunes nouvelles de Sono, qui avait passé sa journée au lit ne voulant pas bouger, ni voir du monde, pour la première fois il était en pleine déprime.
Sur les coups de 19h15, Sono appela Mat pour le prévenir qu’il ne pourrait pas assurer le service ce soir et qu’il devait lui trouver un remplaçant, mettant son absence sur le coup de sa maladie, qui était bien évidemment une fausse excuse.

En fin de soirée, son travail fini, Seiji partit du bureau à pied. Sans s’en rendre compte ses pas le menèrent jusqu’au bar de Sono, il se décida d’y entrer. Une fois à l’intérieur il découvrit un bar assez désert, il ne contenait en tout et pour tout trois clients. Seiji s’avança vers le bar, fixant de ses yeux le parquet. Une voix s’éleva :

- Je peux vous servir quelque chose ?

Seiji releva la tête et s’aperçut que le barman avait changé, il s’agissait de Mat.

- Sono est pas là ?
- Non il est resté chez lui, il est encore malade.
- Ok…tu peux me passer son adresse ?
- Pourquoi faire ?

Les deux jeunes hommes parlaient assez haut essayant de couvrir le son de la musique.

- J’ai un truc à lui donner, c’est important.

Bien sûr Seiji mentait, il ne devait rien rendre à Sono à part des excuses et des explications, mais il ne trouva rien d’autre pour convaincre Mat de lui donner l’adresse de Sono.
Une fois l’adresse en poche, Seiji accourût au domicile de son amant d’une nuit, souhaitant de tout son cœur qu’il soit là.

- Purée je veux le voir! Faut que je le voie, il me manque trop!

Il arriva essoufflé devant la porte, il attendit quelques secondes le temps que son rythme cardiaque revienne à la normal puis frappa à la porte. Il frappa une fois, deux fois, il alla jusqu’à cinq fois laissant entre chaque un intervalle de cinq secondes. Au bout de la cinquième fois, il abandonna et partit.

- Il doit sûrement me faire la gueule après la soirée d’hier… en même temps je le comprends… j’aurais tant voulu le voir…

Il marchait sans faire attention à où il allait exactement, dans quelle direction. Après trente minutes de marche, Seiji arriva près d’une battisse qui laissait s’échapper le son de musiques rythmées. Il leva la tête et aperçu en face de lui une boite de nuit.

- Et si j’y allais? Pour une fois ça me changera peut-être les idées.

Seiji s’avança donc vers la boite de nuit et y rentra. Une fois à l’intérieur il fut surprit en voyant qu’elle était remplie d’hommes en train de danser. Stoppé devant la porte, Seiji se fit bousculé par quelqu’un, ou plutôt par deux personnes, il s’agissait de deux hommes encore mais ceux ci se tenaient la main, c’est à ce moment là que Seiji comprit.

- J’atterris sans même y penser dans une boite gay. Après tout j’en fais partie, pourquoi je serai dégoûté. Allez hop on se lance.

Etonnement Seiji se sentait à l’aise il descendit les marches de la boite pour enfin arrivé sur la piste de danse, il la traversa, croisant des hommes qui venaient se frotter à lui espérant ainsi nouer le contact, mais Seiji ne répliquait rien et continuait son chemin. Une fois la piste traversée il arriva au bar où il découvrit la personne qu’il cherchait auparavant. Sono était assis à ce bar en compagnie d’un jeune homme, ils avaient l’aire de passer une bonne soirée. De là où il était Seiji pouvait bien voir que Sono dévorait du regard le jeune homme, il avait posée une de ses mains sur la cuisse de son compagnon et la lui caressait sensuellement, montant de temps à autre jusqu’à frôler l’entre jambe. Sous ce spectacle Seiji bouillonna, il ne pouvait pas se contenir et arriva à grand pas à leur rencontre. Sur un ton froid et un regard assassin Seiji interrompit leur tête à tête.

- Bonsoir.

Sono se retourna dans sa direction et le regarda avec de grands yeux, surpris de le voir dans un tel lieu, lui qui lui avait dit la veille qu’il était et resterait hétéro. Le jeune homme châtain qui l’accompagnait ne disait rien et regardait la scène.

- Bonsoir Seiji qu’est ce que tu fais là ?
- Je suis passé chez toi et t’étais pas là alors que Mat m’a dit que tu te sentais pas bien pour aller bosser. Mais je vois monsieur préfère s’envoyer en l’air plutôt que de bosser !
- Bon c’est quoi ton problème Seiji? Hein?
- Rien y a aucun problème, amuse-toi bien avec ton mec de passage. Salut.

Seiji les quitta furieux, et s’installa au bar un peu plus loin et commanda un alcool fort qu’il but d’une traite, puis en recommanda un autre.

- Qu’est ce qui lui prend? Je comprends plus rien, là.
- Sono?

Sono marmonnait, le jeune homme ne comprenait pas ce qui se passait, à ce qu’il disait, mais il en déduit que cela ne le concernait pas et termina son verre.
De son côté Seiji se sentait trahi et brisé en voyant que Sono passait la soirée avec un autre homme que lui, c’est à ce moment là qu’il se rendit compte que la discussion qu’il avait eu avec Charlotte, dans la matinée, s’avérait vraie. Il commandait alcool sur alcool attendant quelque chose, mais quoi? Ça il ne le savait pas, un geste de Sono pour lui, un regard, un sourire…



~~~~~~~~~~


Après plusieurs verres descendus dans le silence et l’incompréhension, Sono laissa le jeune homme quelques instants pour aller se soulager.
Seiji le vit partir en direction des toilettes et partit le rejoindre, bien décidé à tout avouer à Sono, a mettre les points sur les « i ».

Il était devant l’un des éviers à se mouiller le visage lorsque Seiji rentra et ferma la porte à clef voulant être tranquille avec lui et régler certaines choses. Entendant la porte se refermer et le verrou se tourner, Sono releva immédiatement la tête et regarda dans le miroir qui était cette personne. Le jeune homme brun, asiatique était adossé à la porte, la tête baissée fuyant le regard de la seconde personne se trouvant dans la pièce. Décidé à ne faire aucun geste envers lui, Sono resta devant la glace à le regarder à travers sans rien dire.
Seiji, d’une voix douce et tremblante, commença à parler en fuyant toujours le regard de Sono.

- Sono…je…je…tu fais quoi avec ce mec?! C’est qui?

Contrairement à toute attente, Seiji s’énerva une fois de plus auprès de Sono mais cette fois il le regardait, ses yeux étaient froid, ses points serrés.

- Merde Seiji on est pas ensemble ok? Tu me l’as bien fait comprendre hier, c’était qu’un plan cul ok? Maintenant lâche-moi, va sauter des poufs et laisse moi m’envoyer en l’air avec qui je veux ok?

À présent ils étaient face à face, la colère s’affichait sur leurs deux visages, tout deux ressentaient le même sentiment mais ils ne le savaient pas, tout deux avaient envie de se jeter sur l’autre, pas pour se battre mais pour laisser libre cours à leurs pulsions.
Cela faisait maintenant plus de vingt minutes qu’ils étaient enfermés et qu’ils se disputaient assez violemment niveau verbal. Et dans un accès de colère…

- Putain Sono tu comprends pas que je suis tombé amoureux d’un mec?! Que ça me fait peur! Que ça me fout les boules de t’imaginer avec un autre en train de prendre du plaisir?! Tu comprends pas ça?! T’es qu’un con, je me barre, amuse-toi bien !

Seiji allait partir quand Sono se rua sur lui et le prit par la taille et le fit se retourner, Sono remarqua qu’il pleurait que son visage était marqué de la souffrance intérieur qu’il ressentait.

- Seiji tu es sérieux là ?
- À ton avis…
- Sei…

Sono du revers de sa main essuya les larmes qui coulaient sur son visage, puis le caressa doucement avec son pouce, posant son front contre le sien.
Après quelque secondes à essayer de le regarder dans les yeux, Seiji ne voulant pas qu’il voit son trouble, Sono remonta le visage de Seiji vers lui et, doucement, il s’embrassa sur ses lèvres.
Après ce baiser échangé, Sono prit la main de Seiji dans la sienne et le fit sortir de la boite jetant un dernier regard vers le jeune homme, qui l’avait accompagné toute la soirée, et lui fit comprendre qu’ils en resteraient là tout les deux.
Ils étaient à présent en dehors de la boite de nuit, devant le parking.

- Comment t’es venu ici ?
- A pied.
- Depuis chez moi ? Mais t’es fou!
- J’avais besoin de marcher de prendre l’air…

Sono lâcha la main de Seiji pour partir en direction d’une moto noire, il en enleva l’antivol, prit deux casques et se rapprocha de Seiji.

- Allez grimpe je te ramène chez toi mon beau.
- D’accord.

Ils étaient à présent devant chez Seiji il était en train d’ouvrir la porte d’entrée. Sono s’était posé contre sa moto et le regardait, Seiji, se sentant observé, se retourna et s’approcha de Sono, l’air boudeur.

- Tu… tu veux pas rentrer?
- J’attendais que tu me le demandes, lui dit Sono un sourire en coin.

Seiji prit immédiatement sa main et l’entraîna chez lui.
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Jeu 27 Déc - 13:57

Chapitre 10: L'anniversaire



Cela fait maintenant 3 mois que Sono et Seiji partagent le même appartement. Après leur « réconciliation » Sono s’est installé, deux jours plus tard, chez son amant.

Beaucoup de choses avaient changé depuis lors, ils vivaient leur amour au plein jour, ne se cachaient pas, Seiji avait abandonné son travail d’administrateur du site de rencontres pour se consacrer essentiellement à son rôle de mangaka. Après sa démission, la carrière de Seiji avait grimpé en flèche. Assaillis de fans, leur vie privée était difficile à cacher au grand public et pourtant deux personnes n’étaient pas au courant de ce qui se passait chez eux.



Ce soir-là, Sono avait organisé une fête privée pour fêter l’anniversaire de son âme-sœur, il fêtait ses 25 ans. Tous leurs amis proches étaient présents. Tout se passait à merveille, le couple était rayonnant, les invités étaient enchantés par la soirée, la fête tenue dans l’appartement du couple battait son plein, pour la première fois aucun fan ni journaliste n’était pendu aux fenêtres, à l’affût de sujets croustillants.

Les garçons étaient en train de danser, serrés l’un contre l’autre, lorsque la sonnerie de la porte d’entrée se fit entendre, pour ne pas les déranger, Charlotte partit ouvrir. En ouvrant la porte ainsi qu’en découvrant l’identité des nouveaux arrivants, le sang de Charlotte s’arrêta de couler le long de ses veines, elle avait tout prévu sauf ÇA. Son cœur s’emballait, tremblante elle serra la main de l’homme et fit la bise à la femme, puis les fit rentrer dans l’appartement, priant pour que les garçons aient eu l’idée de quitter le salon. Elle fut soulagée lorsqu’elle remarqua leur absence, Charlotte installa le couple sur le canapé, leur servit un verre de champagne, de la meilleure qualité qu’il soit, avant de partir à la recherche du la star de la fête. Faisant le tour de l’appartement elle les trouva sur le balcon, assis sur le béton dans les bras de l’un de l’autre, elle toussota un minimum pour les informer de sa présence, ils se retournèrent l’air interrogateur.

- Qu’est ce qu’il y a Lolotte ?
- Ji-ji désolé mais…elle se stoppa baissant la tête
- Que t’arrive-t-il ? demanda Sono en se levant et s’approchant d’elle.
- Les…tes parents sont là, Seiji.

Un silence de mort s’installa lourdement et cassa l’atmosphère romantique créée quelques instants plus tôt. Malgré la noirceur de la nuit on pouvait facilement voir la pâleur du visage de l’intéressé. Charlotte tenta de le rassurer.

- Apparemment ils ne sont pas au courant pour vous, votre histoire n’a pas du atteindre leurs oreilles, ils ne m’ont touché aucun mot sur ce sujet-là.

Sono s’approcha de Seiji et posa sa main sur son épaule.

- Ca va aller Sei, on va faire comme si on était que de simples amis et ça ira.
- Je suis désolé mon cœur de ne leur avoir rien dit mais…j’ai pas…
- C’est pas grave on en reparlera plus tard, je t’aime mon cœur.

Seiji se colla contre le torse de Sono pour espérer recevoir une dose de courage avant d’affronter ses parents qu’il n’avait pas revu depuis 3 ans.

Après un dernier baiser passionné échangé, le couple se sépara et rentra dans l’appartement en compagnie de leur amie qui leur indiqua où se trouvaient les parents de Seiji.

En apercevant leur fils, Mr et Mde Yamada se levèrent et accoururent embrasser leur fils. Sono était resté en retrait en tant que simple spectateur de la scène d’affection qui se déroulait devant ses yeux, pour rien au monde il ne voulait gâcher ces retrouvailles.

Seiji, dans les bras de ses parents, laissa couler ses larmes. Cela faisait maintenant 3 ans qu’ils étaient repartit vivre en Europe avec sa petite sœur, 3 années sans se voir…

Une fois leur embrassade terminé ils s’installèrent sur le canapé, Sono était toujours en arrière en compagnie de Charlotte, tout deux silencieux attendant la suite des événements.

La mère de Seiji, aux cheveux grisonnants et aux yeux d’un noir profond posa ses mains sur celles de son fils, tourné au ¾ dans sa direction.

- Mon chéri tu nous as manqué, tu sais. On est venus exprès pour te voir pour ton anniversaire. Ta sœur est désolée mais elle ne pouvait pas venir, elle passe son concours d’infirmière demain mais elle t’embrasse.
- C’est pas grave je préfère qu’elle réussisse son concours même si j’aurais aimé la voir.
- Tu savais qu’elle était fiancée à un médecin ? Ta mère en est folle ! Au faite c’est ton amie Charlotte qui nous à ouvert vous vous êtes remis ensemble ?

Le sourire de Seiji s’effaça immédiatement à cette question. Sono, non loin de là, avait compris la question du père, son sang se glaça en attendant la réponse de son homme. Charlotte qui comprenait la peur qui tiraillait les garçons murmura à l’oreille de Sono.

- Tu devrais aller le rejoindre et couper court à la discussion…on sait jamais comment ça va se dérouler.
- Tu crois ?
- Oui, si tu veux je t’accompagne et je te présente comme ça, ça fera moins louche.
- Ok. Allons-y.

Charlotte le prit par le bras délicatement et se dirigea vers le couple et le jeune homme blond complètement perdu.

- Excusez moi je me permets de vous couper un petit instant, je voulais me permettre de vous présenter quelqu’un mais je ne sais pas si…si finalement je…non excusez-moi je vais vous laisser.

Charlotte fit mine de partir en glissant à l’oreille de Sono complètement surpris de se revirement de situation.

- Ne t’inquiète pas je sais ce que je fais.

La mère de Seiji les retient.

- Non restes tu ne nous dérange pas on parlait de toi justement.

Charlotte leurs tournait toujours le dos et regardait Sono. Un sourire vainqueur s’inscrit sur son visage, sur ses lèvres Sono peut lire « Ça marche à chaque fois. », puis elle se retourna dans leur direction et s’installa en faisant signe à Sono de faire de même. Une fois assise la discussion reprit, mais cette fois sur un sujet différent du précédent au grand soulagement des garçons. Toute l’attention était tournée vers le nouvel arrivant.

- Donc je vous présente Sono Hanasaki, un très bon ami à nous.

Le couple le salua, à présent Seiji rayonnait, rien que par sa présence.

- Merci Lolotte je te revaudrai ça. pensait-il.

Le courant passa à merveille entre les parents de Seiji et Sono au grand plaisir des deux amants. Rien dans toute la discussion ne laissait prévoir quelle orientation sexuelle avait pris leur fils aîné. Le courant passait tellement bien que Miwa, la mère de Seiji, invita Sono, sans oublier son « petit chéri » comme elle l’appelle depuis sa naissance, en Europe pour passer Noël et le réveillon en leur compagnie, les garçons acceptèrent après mûre réflexion et empressement des parents.

La soirée se termina sur les coups de 4h30 du matin, tous les invités quittèrent l’appartement, tous fatigués autant que les autres. Miwa et son mari, Ayato, ne tardèrent pas plus longtemps et rentrèrent à leur hôtel se reposer avant de repartir d’ici quelques heures retrouver leur maison familiale en Gironde.

Charlotte ne s’attarda pas elle non plus et partit peut de temps après les parents Yamada, une fois que les garçons l’eurent remerciée mille fois de leur être venue en aide quand ils en avaient besoin.

Une fois seuls les garçons allèrent se coucher, épuisés.

Allongés l’un à côté de l’autre, Sono se tourna sur le côté et regarda Seiji qui contemplait le plafond, l’air songeur.

- À quoi tu penses, bébé ?
- À mes parents et la situation dans laquelle je t’ai mis. Te faire passer pour un simple ami était trop dur, je n’avais qu’une envie c’était de courir te rejoindre et t’embrasser.
- Je suis là maintenant.
- Et on a pas eu de long moment seuls tous les deux aussi…
- On va se rattraper c’est pas un problème ça.

Mêlant paroles aux actes, Sono s’installa à califourchon sur le corps de Seiji et lui prit ses lèvres, engouffra au plus profond sa langue cherchant avidement celle de Seiji pour commencer une frénétique danse. Ses mains passèrent sous la chemise en soie de son partenaire, caressant sont corps, le frôlant, essayant de créer des frissons. Sous les caresses de Sono, le corps de Seiji s’arqua de plaisir. La température montait affreusement, il pouvait déjà sentir l’érection naissante de Sono contre son bassin. D’un coup sec Seiji arracha la chemise de son partenaire et lui vola ses lèvres violemment. Leur excitation était au point culminant, ils ne pouvaient plus se retenir. Ils étaient à présent nus l’un et l’autre, Sono toujours à califourchon sur Seiji léchait le torse de ce dernier. Sa langue partait du cou et formait un sillon jusqu’à l’un de tétons durcis de Seiji, une fois à cet endroit il commença à le mordiller, défiant en même temps du regard Seiji qui commençait à émettre des gémissements de plus en plus forts au niveau sonore. Il le laissait faire, complètement inefficace sous l’emprise que Sono exerçait sur lui. Une des mains de Sono descendit jusqu’à son entrejambe dans l’intention de commencer à caresser son membre…


Dernière édition par le Ven 18 Jan - 16:45, édité 2 fois
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Jeu 27 Déc - 14:13

Chapitre 11: Destination Europe



Seiji n’en pouvait plus, excité encore plus qu’au départ, il arracha la main de Sono, qui était en train de le masturber, et le retourna sur le lit, tout en serrant ses poignets de manière à ce qu’il ne puisse pas bouger. Assis sur sa taille, il s’allongea sur son corps, frottant son bassin contre le sien. C’était la première fois qu’il prenait les initiatives, à la grande surprise de son partenaire.



-Sei ?

-Tais-toi bébé, j’ai envie de te prendre ce soir, d’inverser les rôles pour une fois. J’espère que tu es en forme, car mon imagination est débordante et j’ai envie que cela dure toute la nuit. Je t’ai trouvé tellement beau ce soir j’ai dû me retenir toute la soirée, à cause de mes parents, pour ne pas me jeter sur toi… Maintenant je peux plus tenir.



Sono se contenta de sourire face à la remarque de son amant, il leva un minimum son torse en direction de son homme et l’embrassa pour ensuite s’allonger une nouvelle fois sur le lit, bien décider à se laisser faire.

Seiji fit parcourir ses mains sur le torse musclé et bombé de Sono, créant des frissons chez ce dernier à chaque passage. Le voir avoir la respiration saccadée, son torse se lever à chaque frisson ressenti, sa tête se basculant ainsi en arrière à chaque soupir, Seiji prit de l’assurance dans ses mouvements, il devient plus précis et plus entreprenant. Se baissant sur le torse de Sono, il attrapa son téton droit entre ses dents et le mordilla tout en alternant avec des coups de langue dessus. Assit comme il l’était Seiji ressentit l’érection naissante de l’homme qu’il avait sous ses mains. Une lueur de sadisme envahit ses yeux, il voulait faire durer ces préliminaires très longtemps avant de passer à l’acte.

Il remonta son visage jusqu’au cou de Sono tout en laissant une trace bien humide sur toute la partie haute de son corps grâce à sa langue.



-Sei arrête de me faire languir, tu sais bien que je démarre au quart de tour…lui dit Sono tout en laissant sortir un gémissement de sa bouche.

-Hin hin n’y compte pas. C’est moi qui décide ce soir. Désolé mais Kato à envahi mon esprit… il termina sa phrase dans un petit rire.

-De quoi tu parles ?



Seiji marqua une pause dans la création d’un suçon qui prenait logis sur le coup de Sono et le regarda droit dans les yeux surprit.



-Attend tu vas me dire que tu connais pas « Haru wo Daiteita » ??

-C’est quoi ça ?

-Non j’y crois pas, tu ne l’as jamais lu ?! Pourtant…



Seiji ne fini pas sa phrase et reprit là où il s’était arrêté.



-Pourtant quoi ?

-Tu rates quelque chose mon ange. Mais ne t’inquiète pas va, je te le prêterais. Mais n’empêche que…



Cette fois Seiji abandonna le cou de son amant pour s’attaquer à son oreille droite, il en mordilla le lobe, ce qui eu pour effet d’arracher une nouvelle fois un long gémissement à Sono, suivi de plusieurs petits soupirs.



-Se…i…arrête de couper tes phrases…je v…veux comprendre…

-Tu comprendras plus tard, maintenant oublie et laisse-toi faire.



Seiji lui susurra ces quelques mots au creux de son oreille avant de lui voler ses lèvres dans un tendre et fougueux baiser.

Mais Sono en décida autrement, il leva son bassin et le colla à celui de Seiji, voulant ainsi lui faire comprendre qu’il ne pouvait plus attendre. Seiji réagit immédiatement.



-Tu oublies que s’est moi qui dirige ce soir, mon cœur.

-Mais je tiens plus…



Sono lui sortit sa moue boudeuse pour essayer de le convaincre de le prendre immédiatement sans plus attendre.



-Hé ! Tu me fais l’imitation de Shrek là ?

-J’avoue je suis coupable d’imiter le chat potté mais apparemment ça marche pas...



Ils se mirent à rire ensemble. Leur couple était l’un des plus heureux de la ville, ils étaient jeunes, avaient énormément de projets, la vie leur souriait et ils voulaient la dévorer à pleines dents.



Les préliminaires durèrent plus d’une demie heure. Demie heure où Sono eut plus d’un orgasme, jusqu’à ce que Seiji décide qu’il était temps « de passer à l’action ». C’était la première fois qu’il possédait un homme et se fut pour lui une expérience extraordinaire, cela lui plut tellement qu’il la renouvela trois à quatre fois dans la nuit.




*





On venait d’atteindre la période des fêtes de Noël et comme convenu les garçons allaient passer les fêtes en compagnie des parents et de la sœur de Seiji. Il était 09h30 du matin lorsque Sono et Seiji quittèrent leur logement pour se rendre à l’aéroport, valises en mains. Une fois leurs bagages enregistrés les garçons montèrent dans l’avion, jusque là personne ne les avait reconnus, à leur grand soulagement.

Seiji ressentait un mélange de stress et d’excitation à l’idée de revoir le pays où il avait passé une partie de son enfance. Revoir le Sud de la France, revoir sa sœur, et qui sait peut être revoir ses anciens amis également. Mais surtout il était pressé de faire découvrir ce pays à l’homme qui partageait sa vie, d’ailleurs celui-ci s’était installé près du hublot et regardait sa terre natale se rétrécir au fur et à mesure que l’avion prenait de l’altitude. Seiji posa sa main sur la sienne et la caressa de son pouce avant de lui parler.



-Tu vas pas avoir le mal du pays pendant ces deux semaines ?

-Tant que je suis avec toi je serais bien. Peu importe où l’on est, au Japon, en France ou même en Enfer, tant que je t’ai à mes côtés je me sentirai comme chez moi…

-Tu as l’air bien grave mon ange quelque chose ne va pas ?



Sono n’avait pas lâché son regard du hublot, ses yeux étaient vide d’existence comme s’il était sans vie. Il ne l’avait pas dit à Seiji, mais il avait peur que ce voyage soit le déclenchement d’une hypothétique rupture entre eux. Ce qu’il craignait en fait, était que Miwa et Ayato découvrent que leur fils aîné avait changé de bord et qu’ils fassent tout pour le faire revenir à la « raison ». Imaginer sa vie sans lui à présent était pour lui quelque chose d’impossible, à présent Sono était sûr et certain qu’il voulait finir sa vie avec cet homme et avec personne d’autre, si jamais il devait le perdre il en mourrait. En y repensant à cet instant même, le cœur de Sono se serra d’une telle puissance que son corps se crispa sur lui même, sa main en serra de toutes ses forces l’accoudoir de son fauteuil. Seiji le remarque et en eut peur, voir son homme souffrir sans en connaître la raison l’affolait.



-Sono qu’est ce qu’il y a ? Dis-le moi je t’en prie !…



En entendant la voix de Seiji, Sono se ressaisit et réussit à se calmer tant bien que mal.



-Ça va aller.. je n’ai rien… ne t’inquiète pas.

-Ne me mens pas, ta voix te trahit.



Effectivement, elle tremblait et laissait apparaître une tristesse énorme qui prenait possession de Sono. Seiji n’en pouvait plus de ne pas pouvoir voir son visage, il tendit ses deux mains vers son celui-ci et le tourna vers lui, l’obligeant ainsi à le regarder. Sono avait les larmes aux yeux, c’était très rare pour lui de montrer ce côté la de sa personnalité. Habituellement il faisait le fort en toute circonstance mais là au contact de Seiji il se trouvait affaibli et ne pouvait faire le fier.



-Sono, mon amour dis-moi ce qui ne va pas, tu m’inquiètes.

-Sei… ne me laisse pas je t’en supplie… ne me quitte jamais…

-Hé…à quoi vas-tu penser là. Je t’aime tu le sais, jamais je pourrais te laisser. Pourquoi dis-tu des choses comme ça.

-J’ai simplement peur que…qu’au contact de ta famille tu réalises que nous deux c’est du sérieux et qu’une vie « normale » comme la leur est cent fois mieux pour toi…

-C’est donc ça…



Les larmes de Sono coulaient à présent le long de son visage, le voir aussi mal eu l’effet d’un coup de poignard en plein dans le coeur de Seiji. Délicatement, il essuya ses larmes mais laissa ses mains posées sur ses joues et les caressa doucement de ses pouces. Ce geste empli de tendresse calma un minimum Sono, mais pas suffisamment pour faire envoler tous ses doutes.

Seiji le regarda droit dans les yeux, son regard était doux, ses pupilles se dilataient, il se rapprocha du visage de son amour jusqu’à en coller son front contre le sien et après y avoir déposer un baiser il lui parla.



-Sono, n’aie aucune crainte quant à mon amour pour toi. C’est vrai qu’une histoire comme la nôtre ne m’est jamais arrivée avant de te connaître. C’est vrai que ma famille est basée sur des valeurs imposées par l’église et que par conséquent ils s’opposeront à notre bonheur. Mais rien de ce qu’ils pourront dire sur nous ne me fera changer d’avis. C’est vrai qu’au départ je prenais notre histoire comme quelque chose d’éphémère et qu’après ça je retomberais sur des histoires « normales » mais chaque jour et chaque nuit passés à tes côtés m’ont prouvé le contraire. Jamais je n’ai aimé quelqu’un comme je t’aime toi. C’est la première fois que j’aime de toute mon âme. Je comprends maintenant les gens qui disent qu’ils sont prêts à donner leur vie pour la personne qu’ils aiment. Pour rien au monde je ne pourrais te quitter… Je t’aime Sono, j’ai envie que tout le monde le sache et c’est aussi pour ça que j’ai accepté ce séjour chez mes parents. Je l’ai fait pour leur parler de toi, de nous. Leur dire que j’aime l’homme que tu es, que jamais je n’ai été aussi bien avec une femme qu’avec toi, que pour une fois depuis longtemps je suis tombé fou amoureux de toi. Que je ne peux passer une journée sans toi. Tu as envahi mon esprit, mon être, mes rêves et mon cœur. Je t’aime comme un fou mon ange et s’ils ne comprennent pas ça, hé bien je quitterai leur vie et on passera les fêtes rien qu’en amoureux toi et moi. Ils n’ont pas à dicter ma vie, ils m’ont peut-être inculqué des choses mais après c’est à moi de voir si je veux m’y soumettre ou non. Et puis de toute façon je m’en fiche si Dieu nous à créés, comme ils me l’ont dit, et qu’il nous a donné la faculté d’aimer, nous avons donc le droit d’aimer qui on veut, on a le droit au bonheur et de vivre, de vieillir et de mourir aux côtés de la personne qu’on aime et pour ma part cette personne c’est toi Sono Hanasaki.



Tout au long de ce monologue, Sono n’avait cessé de pleurer, non par tristesse mais parce que tous les mots qu’il venait d’entendre l’avaient touché. Entendre une telle déclaration sur les sentiments que Seiji avait à son égard l’avait énormément touché. Une fois sa tirade finie, Sono se jeta dans ses bras et l’embrassa passionnément, se fichant de l’entourage. Puis des minis baisers prirent place, laissant entre chaque, des « je t’aime » à répétition.



Leur avion atterrit plusieurs heures plus tard à Marseille, ils prirent le premier taxi qui attendait, la chanson « Come what may » passait à la radio, les garçons se regardèrent, un sourire s’inscrit sur leur visage, leurs mains entrelacées l’une dans l’autre. Une fois la destination donnée au chauffeur, le taxi fila vers la maison familiale des Yamada, où tout le monde les attendait sans s’imaginer ce qui allait se passer pendant ce séjour.


Dernière édition par le Ven 18 Jan - 16:49, édité 1 fois
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Ven 4 Jan - 3:47

Chapitre 12: Retour à la maison



- Vite ! Dépêche-toi de tout ranger j’entends une voiture se garer devant la maison !!

- Mais oui chérie, ne t’inquiète pas ! Tout sera prêt, et puis ce n’est pas grave s ‘il manque deux ou trois choses non ? Allez ne t’inquiète pas, va.

- Tu crois que ce Sono sera là aussi comme prévu ?

- Oui, pourquoi ma chérie ?

- Je ne sais pas… Ça me ferait plaisir qu’il soit là. Au fait, tu ne les trouves pas un peu trop proches Seiji et lui ? Ca me paraît lou…



La sonnette de la porte d’entrée venait de sonner. Au premier carillon retenti, Miwa se précipita vers l’entrée de la maison, arrangea ses cheveux gris et vérifia si elle était assez présentable avant d’ouvrir la porte aux personnes qui venaient de signaler leur présence. La porte s’ouvrit en grand dévoilant une femme d’un certain âge affichant un grand sourire le temps de réaliser que la personne qui se trouvait devant elle n’était pas celle qu’elle croyait. En effet à la place d’un grand brun de 25 ans, c’était une jolie jeune femme aux cheveux décolorés et aux yeux marron gris. Elle était vêtue d’un top aux formes et aux couleurs rappelant les années quatre-vingt : des formes circulaires rose et orange, il avait un jolie décolleté en V découvrant la dentelle de son soutien-gorge blanc, une petite jupe blanche accompagnait ce haut d’été. Simple chose qui coordonnait avec le temps était une paire de bottes en cuir, montant jusqu’aux genoux et aux talons aiguille. Elle était accompagnée de son fiancé, un homme d’ossature imposante, blond aux yeux bleu très clair.



- Hé bien maman, tu as l’air déçue de me voir, ça fait plaisir dis donc. Je peux tout de même entrer ou je dois rentrer chez moi ?

- Ayumi, entre et excuse ta mère, depuis que ton frère l’a appelée pour lui dire qu’il décollait du Japon elle ne cesse de gesticuler partout. Entre, ma chérie, et vous aussi bien sûr, vous êtes le bienvenu, Marc. Au fait tu n’as pas froid habillée ainsi ?

- Mais non ne t’inquiète pas et puis Marc est là pour me réchauffer. N’est ce pas mon cœur ?

-Heu...

Ayumi se retourna vers Marc et lui fit un clin d’œil avant de rentrer dans la maison.



- Merci papa.

- Merci Monsieur Yamada, mes hommages madame.



Miwa était restée là à tenir la poignée de la porte d’entrée en main, ne pouvant sortir aucun son de sa bouche, la déception lui avait retiré tout vocabulaire. Bien sûr au fond d’elle, Miwa était heureuse de voir sa fille mais les pensées allant vers son fils aîné occultaient tout le reste.

Ayumi entra dans la maison, suivie de Marc, tout deux s’installèrent dans le salon attendant le maître de maison et sa compagne. Tous les quatre étaient à présent assis sur de somptueux canapés en cuire noir installés près d’une gigantesque cheminée positionnée au milieu de la pièce. Le foyer, créé entièrement de verre résistant à la chaleur, permettait à toutes personnes se trouvant dans la pièce d’admirer le feu.



Dans un taxi, notre couple japonais découvrait un paysage marseillais recouvert de neige. Sono ne manquait pas une miette de ce spectacle, les maisons aux murs rosés, typiques du Sud, le port enneigé, les marins travaillant dehors malgré le vent froid soufflant rudement. Il pouvait voir là un petit bout de la France, pays dont il avait tant entendu parler.



- Alors mon cœur qu’est ce que tu en penses ?

- C’est magnifique, la mer et la neige combinées ensemble forment un paysage merveilleux.

- C’est vrai… Aussi loin que je me souvienne c’était rare de voir de la neige ici. Ca doit être un cadeau de bienvenue peut-être. Une façon que mon pays d’enfance à trouver pour te souhaiter la bienvenue. Dit Seiji en riant.

- T’es con Sei, mais tu me fais rire.

- Je sais, je sais qu’est ce que tu veux on est balèze ou on ne l’est pas, et là je le suis.

- Vas-y, lance-toi des fleurs aussi tant que tu y es. Tiens en parlant de fleurs si on achetait un bouquet pour ta très chère mère ?

- Impossible.

- Et pourquoi cela ?

- Parce que l’on vient d’arriver mon ange. Regarde c’est cette maison, là.



Seiji s’était allongé un minimum sur Sono afin de lui montrer à travers sa vitre la maison où ils devaient se rendre. C’était une très grande demeure sur deux étages, avec un grand jardin et une piscine couverte, sans oublier un espace jacuzzi et hammam côté jardin. La famille de Seiji était une famille très fortunée, Ayato était propriétaire d’une grande chaîne d’hôtels prestigieux en France et à l’international. Cela leur avait permi de vivre aisément et de payer les études de leur fils dans son pays d’origine après être repartis en Europe pour, cette fois, y rester définitivement.

Les garçons descendirent du taxi, récupérèrent leurs bagages et s’avancèrent jusqu’au petit portillon en bois. Tous deux étaient très stressés, ils imaginaient plusieurs scénarios partant du pire pour arriver au meilleur. Pour se donner une dernière once de courage ils s’échangèrent un dernier baiser passionné et doux. Seiji murmura près des lèvres de son amant un « Courage, tout va bien se passer je t’aime. » avant de continuer d’avancer vers la porte d’entrer.



À l’intérieur de la maison, les discutions allaient bon train lorsque la sonnette de la porte d’entrée retentit pour une seconde fois. Miwa se leva d’un bond, ses mains étaient moites et elle avait du mal à avaler sa salive, son mari remarqua l’état dans lequel se trouvait son épouse, il se leva à son tour, lui prit la main et la lui serra un minimum avant de lui glisser au creux de son oreille :



- Hé bien ma douce tu ne vas pas ouvrir ? Aurais-tu peur de ton fils à présent ?

- Ne dis pas de bêtises voyons. J’y vais, attendez ici.



Miwa partit donc ouvrir aux nouveaux arrivants, le cœur battant la chamade. Cette fois la porte s’ouvrit doucement, retardant la déception si déception il y avait lieu. Mais cette fois c’étaient bien les personnes tant attendues qui se trouvaient sur le perron. En voyant son fils adoré devant elle, Miwa ne put s’empêcher de se jeter dans ses bras les larmes parcourant tout son visage marqué par le temps.



- Mon Seiji… mon Seiji… mon Seiji...

- Oui maman c’est moi…

- Tu m’as manqué mon fils.

- Toi aussi maman.



Devant cette scène, Sono eu le cœur meurtri, imaginant qu’il serait peut-être la cause de la rupture d’aussi précieux liens familiaux si jamais on ne l’acceptait pas et que Seiji tenait la promesse qu’il lui avait fait dans l’avion.

Après avoir embrassé son fils pendant de longues minutes, Miwa reprit ses esprits et remarqua deux choses : le vent froid qui soufflait et la présence de Sono au côté de son fils. Elle le salua et les invita à entrer.

Arrivé au salon, le père de Seiji partit vers son fils pour l’embrasser, puis salua Sono d’une bonne poignée de main.



- Bienvenue fiston, vous aussi monsieur Hanasaki.

- Appelez-moi Sono je vous prie, monsieur.

- Seulement si vous m’appellerez par mon prénom et qu’on oublie le vouvoiement.

- Ça marche pour moi.

- Très bien. Venez que je vous présente le reste de la famille.



Seiji regardait Sono et ses parents, ils avaient l’air de l’accepter et il en était très heureux. Il tourna ensuite la tête vers le milieu du salon et aperçut une jeune femme assise sur le canapé, accompagnée d’un homme inconnu à ses yeux. Il resta quelques secondes sans bouger ni parler, cela faisait exactement trois ans et dix mois qu’il n’avait pas revu sa petite sœur, sa réaction était donc compréhensible. La jeune fille se leva et s’avança vers lui silencieusement, une fois arrivé à sa hauteur elle le prit dans ses bras, laissa ses larmes couler et le serra très fort contre elle. La présence de son frère lui avait terriblement manqué, il était tout pour elle, il l’avait protégé maintes et maintes fois depuis sa naissance contre tous dangers, elle pouvait toujours compter sur lui malgré les pires vacheries qu’elle avait pu lui faire souffrir lorsqu’ils étaient mômes.



- Grand frère… tu m’as manqué… je t’aime… si tu savais comme je t’aime…



Le cœur de Seiji s’arrêta de battre en entendant la déclaration d’Ayumi, s’était la première fois qu’il l’entendait lui dire qu’elle l’aimait, de sa part il avait toujours eu le droit à des « casse-toi ! », « je te hais », « je veux plus te voir » mais jamais de « je t’aime ». En retour il la serra de toutes ses forces entre ses bras et il se mit lui aussi à pleurer. Ils restèrent collés l’un à l’autre pendant près de cinq minutes puis ils se séparèrent.



- Ayumi je… je te présente Sono mon… un très bon ami à moi.

- Enchanté.



Elle partit en direction de Sono, lui fit une bise de bienvenue et repartit auprès de son frère, lui prit la main et l’attira vers le canapé où Marc était toujours assit.



- Viens que je te présente mon futur mari. Grand frère voici Marc l’homme de ma vie.

- Bonjour. Dirent-ils tous les deux en même temps.



Les garçons s’installèrent ensuite au salon attendant la suite des évènements. Il se passa pratiquement une bonne heure avant que tout le monde se mette à table.


Dernière édition par le Ven 18 Jan - 16:51, édité 1 fois
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par TetsuYaoi le Dim 6 Jan - 16:15

Ma puuuce^^ Enfin eu le temps de lire!! ^^ J'adore!

_________________
avatar
TetsuYaoi
*~Tetsuyaoi~*
*~Tetsuyaoi~*

Féminin
Nombre de messages : 1336
Localisation : Paris [75] Yep ThE CaPiTaLe!!
Genre de fictions : YAOIIIIII
Loisirs : Ecriture, danse, lecture, montages videos, musiques, amis...
Date d'inscription : 03/06/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: Atsuichi Kiru
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://tetsuyaoi.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Dim 6 Jan - 18:37

Mon coeur je susi contente qu'elle te plaise ^^ Uto m'a dit qu'elle t'avait faire lire ALTER EGO et que tu trouvais ça bien ^^ j'en suis très heureuse!!!
Au fait je pensais monter sur Paris pour mon anni (donc le 25, 26 et 27 janvier) mais c'est 104€ les billets je pourrais pas >___< dégouté!! Obliger de reporter >___<
Gros bisous je te n'aime!
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par TetsuYaoi le Lun 7 Jan - 12:45

Mon bébééééé ><!!!!!! Snifffouuuuu Suis tristounette! J'aurais voulu te voir... :biz: m'enfin c('est pâsd eta faute >< Je te nem!

J'ai continué de lire ta fic ma choute! J4adore^^ impatiente de voir la fin :pp Sadique va! J'ai une aivaise influence...

Et oui j'ai adoré le débur d'alter ego! Impatiente de voir la suite! Wink

_________________
avatar
TetsuYaoi
*~Tetsuyaoi~*
*~Tetsuyaoi~*

Féminin
Nombre de messages : 1336
Localisation : Paris [75] Yep ThE CaPiTaLe!!
Genre de fictions : YAOIIIIII
Loisirs : Ecriture, danse, lecture, montages videos, musiques, amis...
Date d'inscription : 03/06/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: Atsuichi Kiru
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://tetsuyaoi.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Lun 7 Jan - 12:49

lol et oui je suis sadique et encore c'est que le début XD
Je suis contente que tout te plaise je suis aussi dégouté pour Paris.... je veux trop te voir....

Je commence déjà à me cacher pour la suite de LINAS lol


Dernière édition par le Jeu 10 Jan - 0:54, édité 1 fois
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Mer 9 Jan - 17:42

Chapitre 13 : Le voile est levé


Le repas était enfin fini, vu l’heure tardive les parents Yamada ne tardèrent pas à aller se coucher. Ils saluèrent tous le monde et montèrent dans leur chambre, heureux de la soirée qu’ils venaient de passer en compagnie de leur deux enfants et de leurs invités. Une fois seuls, une discussion plutôt sérieuse fut amenée par Ayumi.



- Grand frère… Quel est réellement le but de ta venue ? Ne me dis pas que c’est la simple envie de passer les fêtes avec nous qui t’as fait venir, toi et ton ami.

- Ayumi que… que veux-tu dire par là ? Je te suis pas.

- Je parle du secret que tu n’oses pas nous dire.



Sono et Seiji se regardèrent mutuellement, dans leurs yeux on pouvait lire de la peur, de l’appréhension, de la crainte, et pour cause, il semblerait que la jeune femme ait percé leur secret. Ayumi et Marc ne furent pas dupes, ils se levèrent l’un après l’autre et les firent venir s’installer au près d’eux au salon. Les deux couples prirent possession des deux canapés en cuir, Marc et Ayumi sur l’un, elle à moitié allongé sur lui et lui la serrant dans ses bras. Seiji et Sono avaient pris possession du second, assis simplement l’un à côté de l’autre, crevant, l’un comme l’autre, d’envie de s’enlacer.



- Très bien… Maintenant racontez-nous tout. Je suis prête à tout entendre. De toute façon je me doute grandement de se que vous allez nous dire.

- Ayu… tu… tu as raison je vous cache quelque chose aux parents et à toi… c’est pas simple à dire…

- Je m’en doute Seiji. Aligne les mots bout à bout dans ta tête et lance-toi.

- Sei… tu veux que je le fasse ? dit Sono tout en posant, sans prêter attention, sa main sur la cuisse de son voisin.

- Non c’est à moi de le faire. Ayumi… je… je suis gay et Sono est l’homme qui partage ma vie depuis maintenant un peu plus de trois mois.



Plus personne ne parlait, les cœurs de Seiji et Sono battaient très fort, ils avaient du mal à respirer, Seiji fuyait le regard de sa sœur alors que Sono lui, ne la lâchait pas du regard. Après un bref moment de silence Ayumi reprit la parole.



- Tu sais quoi, grand frère ? Je m’en doutais un peu. Cela se voit énormément que Sono et toi vous vous aimez. Je l’ai remarqué dès le début.

- Ah bon ? demanda Seiji.

- Oui et tu sais comment je l’ai vu ? Tu as tout simplement hésité sous quelle forme tu allais employer pour me le présenter. Les parents ne l’ont peut être pas remarqué mais moi si. Même si je l’avais compris j’avais besoin de te l’entendre dire.

- Ayumi j’aimerais… j’aimerais savoir ce que tu en…

- Ce que j’en pense, c’est ça ?

- Oui.

- Je n’ai pas le droit de vous juger, personne ne devrait se le permettre. Contrairement aux parents cette situation ne me dérange pas, du moment que tu es heureux, grand frère, tout me va. Je vous aiderai à vous faire accepter de maman et papa s’il le faut, j’essaierai de tout faire pour, en tout cas. Mais avant tout ça je veux juste une chose et si je l’ai pas je ne vous aiderai pas et je me rangeraisdu côtés des parents.

- Laquelle est-ce ? Demanda Seiji.



Ayumi regarda alors Sono un long moment sans rien dire, son regard était indescriptible. Elle reprit la parole.



- Sono promets-moi de toujours veiller sur mon frère, de toujours l’aimer, de ne jamais le tromper, d’être sincère avec lui et de ne jamais l’abandonner.

- Je peux te l’assurer Ayumi. Ton frère est une personne très importante à mes yeux, il m’est impossible d’imaginer lui faire du mal, je l’aime de toute mon âme. Tu peux me faire confiance là-dessus.

- C’est ce que je fais, je te confie la personne à qui je suis la plus attachée. Et surtout donne-lui beaucoup de plaisir hein, mais remarque un beau mec aussi bien bâti que toi je suis sûre que de ce côté-là il doit pas y avoir de problèmes.



Elle ajouta cette phrase dans un grand éclat de rire, les garçons furent étonnés de l’entendre dire ça et le firent comprendre, seul Sono comprit la blague et rentra dans son jeu.



- T’inquiète ça pour lui donner du plaisir je suis le meilleur, il en redemande à chaque fois d’ailleurs. Tu veux que je te l’imite ?

- Hinhin oui !

- Non mais attend ça va pas la tête, Sono tu fais ça t’es mort c’est ma petite sœur bordel t’as oublié ? Et puis toi qu’est ce qui te prend à dire des choses pareilles ?

- Roh c’est bon, calme toi, je suis grande maintenant je peux parler de sexe si je veux et tu n’as rien à dire. D’ailleurs, mon chou, on rentre ? J’ai envie de toi là.

- Désolé les mecs mais on dirait qu’il y a une urgence, on va vous laisser alors.



Tous se levèrent et partirent vers la porte d’entrée.



- Grand frère quand veux-tu tout avouer aux parents ?

- Le plus tôt possible…

- Très bien, demain je viens et on leur en parle.

- Quoi déjà mais t’es folle !! C’est ça ma sœur est folle !!

- Mon chéri calme-toi. On verra demain Ayumi, on t’appelle pour te dire, ça marche ?

- Ok ça me va. Bon les garçons passez une bonne nuit à demain.

- Salut à demain ça m’a fait plaisir de te rencontrer Ayu.

- Amusez-vous bien.

- Merci. Vous aussi. Ciao.



Marc et Ayumi montèrent tous les deux en voiture et partirent, laissant les garçons seuls devant la porte grande ouverte.



- Je suis content qu’elle réagisse comme ça, je pensais pas qu’elle nous comprendrait.

- Ta sœur est jeune et large d’esprit, chose rare dans ce monde.

- Tu as raison. Dis mon ange, on fait chambre à part ce soir ?

- Tu rêves ?! Je peux plus passer une nuit sans t’avoir à mes côtés. Mais bon si toi tu veux faire chambre à part bah… j’ai pas grand chose à dire…

- Je plaisantais bébé, aller viens on monte se coucher, je suis claqué.



Les garçons rentrèrent dans la maison, main dans la main et montèrent se coucher.



Le lendemain matin ils se réveillèrent très tard et ne firent rien de spécial jusque dans l’après-midi où Ayumi vint à l’improviste dans la maison de ses parents.



- Coucou tout le monde ! C’est moi !



Seiji et Sono étaient installés près du feu à lire lorsqu’ils entendirent la voix de la nouvelle arrivante. Seiji courut vers elle, affolé.



- Qu’est ce que tu fous ici ?

- Et bien je viens te soutenir pour ta discussion avec les parents. Plus tu attends plus ça sera dur, tu sais.

- Oui je sais, tu as raison, mais ça me fout les jetons.

- Je me doute… mais allez, une fois passé tu te sentiras un petit peu mieux.

- Un petit peu… c’est tout…

- Désolé. Bon, ils sont où ?

- Dans la verrière.

- Ah, maman et ses plantes. Très bien allons-y. Sono vient avec nous ?

- Je ne sais pas. Mon cœur on y va tu veux venir ?

- J’arrive.



Ils partirent donc tous les trois à la rencontre des parents Yamada, tous trois appréhendaient la suite des événements, mais il fallait passer par là.



- Papa, maman j’aimerais vous parler.

- Oui fils vas y. Ce n’est pas grave au moins ?

- Tout dépend par ce que tu entends par « grave », papa.

- Maman assieds-toi s’il te plait. Demanda Ayumi.

- Ayumi, il se passe quoi ? Pourquoi je devrais m’asseoir ?

- Maman s’il te plait assieds-toi…

- Bien. s’il le faut. Voilà je suis assise, dites-nous ce qu’il s passe.



Seiji inspira profondément et prit la main de Sono dans la sienne, la serra fort pour se donner du courage et avoua tout d’un trait.



- Papa, maman je suis amoureux.

- Oh mais c’est merveilleux ça ! Et de qui ? lui demandèrent Ayato et Miwa d’une même voix.

- Vous connaissez cette personne…

- Ah ? Et qui est-ce ?

- La personne qui se tient à côté de moi : Sono.


Dernière édition par le Ven 18 Jan - 16:53, édité 1 fois
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Fifi le Mer 16 Jan - 15:12

Chapitre14: Rien ne va plus


Les parents de Seiji ne disaient plus rien, ils ne bougeaient pas un membre, ils étaient sous le choc. Puis soudain Ayato se leva, les points serrés et hurla sur son fils.

- QUOI ?! COMMENT CELA EST-IL POSSIBLE ?! JE NE PEUX PAS LE CROIRE !!
- Pourtant c’est la vérité papa. C’est lui que j’aime et ce depuis plusieurs mois, nous vivons même ensemble.
- COMMENT AS-TU PU NOUS FAIRE ÇA ?! À MOI ET À TA PAUVRE MÈRE !!
- Calme-toi papa, c’est pas bon pour ton cœur, tu le sais.
- AYUMI TAIS-TOI JE TE PRIE ! JE SUIS SÛR QUE TU SAVAIS TOUT ET TU NE NOUS AS RIEN DIT !
- Je l’ai appris hier soir…
- TAIS-TOI JE T’AI DIT !!
- Aya… Ayato calme… calme-toi…
- MAIS MIWA !!
- Calme-toi.

Miwa semblait avoir repris ses esprits, ne pouvant regarder ni sa fille, ni Sono et encore moins son fils, elle ne quittait pas le sol des yeux, doucement elle monta une main tremblante en direction du poignet droit de son mari, encore debout.

- Calme-toi… assieds-toi s’il te plait.

Son mari lui obéit difficilement, une fois assis, il ne sortit plus aucun son, laissant sa femme se charger de l’affaire.

- Seiji Yamada, comment peux-tu salir ainsi l’honneur de ta famille, elle qui t’a élevée dans les normes de Dieu, il t’est interdit d’aimer quelqu’un du même sexe. Si tu nous dis maintenant que c’est une erreur et que cet homme n’a aucune importance à tes yeux, nous fermeront les notres sur ton passé et sur ce que tu viens de nous dire.

Seiji ne disait plus rien, complètement surpris de la réaction de ses parents. Oh bien sûr il se doutait que cela risquait de se passer ainsi mais au fond de lui il avait nourri un minuscule, mais important, espoir qu’il se trompait et qu’ils l’accepteraient lui et l’homme de sa vie.
Seiji sentit la main de Sono se serrer fort dans la sienne, cette pression le ramena sur terre et il remarqua que Sono allait prendre la parole.

- Monsieur et madame Yamada, je vous en prie, ne punissez pas aussi injustement votre fils. Aimer n’est pas un crime…
- Dans le cas où vous vous trouvez, bien sûr que si, jeune homme ! Et si Seiji ne fait pas ce que je lui ai demandé il n’aura plus aucune place au sein de cette famille et cette maison ne sera plus la sienne.
- Maman c’est injuste !
- C’est comme ça, Ayumi, et pas autrement.

Sono regarda l’homme qu’il aime par dessus tout avant de reprendre la parole.

- Seiji je ne veux pas que tu te brouilles avec ta famille, venir ici et vous voir ensemble m’a montré que vos liens sont trop précieux pour qu’ils soient rompus. Je vais donc sortir de ta vie. Je ne veux pas qu’à cause de moi tu fasses un choix, je ne veux pas que tu me le reproche un jour…

Seiji lâcha vite sa main et prit son visage en coupe et le regarda droit dans les yeux.

- Mon ange, rappelle-toi ce que je t’ai dit dans l’avion, jamais je ne te laisserai je t’en ai fait la promesse et tu en as fait une hier à ma sœur, celle de ne pas me quitter quoi qu’il arrive. Je t’aime à en crever Sono je ne peux pas te quitter, si je te quitte j’en crèverai, je t’ai dit que peu importe la réaction de mes parents on sera toujours ensemble. Je t’aime Sono.

Sur ces paroles, Seiji l’embrassa à pleine bouche avant de donner sa réponse à sa mère.

- Maman je suis désolé mais je ne pourrai jamais me séparer de Sono, je préfère être renié de cette famille que de le perdre. Je suis triste que vous réagissiez ainsi mais je ne peux rien faire, me battre avec vous pour que vous changiez de regard sur nous ne marchera pas, je sais très bien que vous ne pourrez jamais changer d’avis sur ce sujet. J’aime un homme et c’est comme ça, vous m’avez dit qu’aimer est la meilleure des choses qu’il puisse arriver à un homme et c’est vrai. C’est la meilleure des choses qui me soit arrivée, depuis aussi loin que je puisse me souvenir. Maintenant je vais monter, avec l’homme que j’aime, récupérer nos affaires et on va partir de cette maison. Je suis désolé de vous avoir gâché vos fêtes de Noël. Ayumi, merci pour tout.
- De rien grand frère… je suis désolée…
- Autant que moi.

Les garçons montèrent récupérer leurs affaires sans dire un mot de plus. En attendant l’arrivée de leur taxi, ils étaient restés dans leur chambre, Seiji était allongé sur le lit, le visage caché sous un oreiller, il était complètement brisé par l’attitude de ses parents. Sono, quant à lui, était assis au bord du lit la tête dans ses mains, démoralisé lui aussi par ce qu’il venait de se passer plus tôt. Pour lui tout était de sa faute, il repensa au soir où il avait contacté Seiji par mail.

- Tout est de ma faute. Je m’en veux à mort, si seulement je t’avais pas contacté ce soir-là, rien de tout ceci ne se serait passé… Je suis désolé Sei finalement je ne t’aurais apporté que des ennuis. Je comprendrais que tu ne veuilles plus me voir à présent.

Seiji était toujours allongé sur le lit, il retira l’oreiller de sur son visage et le tourna en direction de son compagnon.

- Arrête Sono. Ce n’est pas ta faute si mes parents sont comme ça. Écoute bien ce que je vais te dire. Arrête de tout rejeter sur toi, on a tous une part de responsabilité dans cette histoire. Je savais à peu près comment tout cela allait se passer, et ce, dès le deuxième jour où l’on s’est parlés. Je savais bien que cela risquait de m’attirer des ennuis avec ma famille si on continuait, mais je ne sais pas pourquoi un profond désir de pousser plus loin notre petit jeu de séduction, que tu as créé au départ à mon grand plaisir, c’est emparé de moi. Puis plus tard en y réfléchissent, en faisant la liste des pour et des contre, au niveau de notre histoire tous les ennuis auxquels j’ai pu penser au départ ont tous disparu pour enfin laisser place à des rêves, des moments de bonheur futur. En imaginant la vie que j’allais mener d’ici quelques années, je la voyais avec toi à mes côtés et non avec mes parents. C’est peut être triste à dire mais c’est comme ça. Je savais les « risques » que notre relation allait engendrer pour moi et ma famille mais je les ai mis au placard pour, au final, ne voir que des instants de pur bonheur avec toi. Alors c’est vrai que maintenant que le voile est levé je souffre un peu mais tu veux que je te dise ? Je suis heureux de leur avoir tout avoué, je vais enfin pouvoir vivre ma vie à fond avec toi, mon cœur. Alors s’il te plait Sono ne dis plus que c’est de ta faute et que sans toi j’aurais eu une vie meilleure, c’est faux je suis sûr que si tu ne m’avais jamais envoyé ce mail et ainsi qu’on se soit jamais rencontrés, je n’aurais jamais été aussi heureux que je ne le suis depuis que je te connais. Maintenant on va prendre nos affaires et sortir de la vie de cette famille, qui était avant la mienne, et nous allons créer notre propre famille à nous et tu verras nous serons très bien avec ou sans eux. Je te l’ai dit, c’est toi maintenant ma famille et pour rien au monde je ne voudrais en changer, c’est avec toi que je veux vivre et mourir et non avec mes parents.

Seiji marqua une petite pose et se redressa. Il s’approcha de Sono qui ne bougeait pas et ne décrochait aucun mot, la tête toujours dans ses mains. Une fois à ses côtés, Seiji réussit à passer sa main droite entre celles de Sono et captura le menton de ce dernier entre son pouce et son index. Ainsi il remonta doucement le visage de Sono vers lui puis il reprit plongeant son regard dans le sien.

- Je t’aime Sono, alors je t’en prie, oublie toute cette histoire et accepte la vie à deux que je te propose. Je n’ai qu’une envie, c’est de retourner au Japon avec toi et… de… Tu te souviens de cette phrase que l’on disait quand on était jeune ? « Créons-nous des souvenirs ensemble » promesse de faire un long chemin ensemble avec mariage et enfants à la clé… C’est ce que j’ai envie de faire avec toi… Est-ce que tu… tu accepterais de le faire avec moi ?…Bien sur pour les enfants ça ne pourra pas être possible mais… vivre toute ma vie marié avec toi…
- Seiji…

Comme simple réponse, Sono se jeta au cou de l’homme qui se tenait à ses côtés et il l’embrassa tendrement pendant un long moment jusqu’à en perdre son souffle.

- Je dois prendre ça pour un « oui » ?
- À ton avis ?

Le visage de Sono était radieux et celui de Seiji ne se fit pas attendre pour le devenir lui aussi. Laissant leur amour les envahir, ils oublièrent où ils étaient, Seiji bascula Sono en arrière pour ainsi l’allonger sur le lit, il l’embrassa une nouvelle fois mais cette fois-ci c’était un baiser qui se voulait sauvage, dévorant, tout en l’embrassant il fit glisser une de ses mains sous le pull de Sono et commença à le caresser sensuellement. Il allait commencer à ouvrir la braguette du pantalon de Sono lorsque l’on frappa à la porte de la chambre. C’était Ayumi qui venait les prévenir que leur taxi venait d’arriver et qu’il les attendait. Soudain les garçons retombèrent sur Terre, déçus de cette interruption. Ils se levèrent, Sono remit de l’ordre dans ses vêtements, prit sa valise et partit rejoindre Seiji qui commençait déjà à descendre les escaliers, valise en main. Une fois dehors les garçons dirent au revoir à Ayumi, se promettant de se revoir très vite, puis ils partirent retrouver leur chambre d’hôtel qu’Ayumi avait cherchée pour eux en attendant leur départ.

Après une heure de voiture, les garçons arrivèrent enfin à l’hôtel et montèrent dans leur chambre immédiatement. Une fois la porte fermée à clés Seiji se jeta sur Sono, il plaqua une de ses jambes entre celles de Sono, frotta son bassin contre le sien et tout en l’embrassant sauvagement il conduisit Sono jusqu’au lit où il le poussa violemment avant de se jeter une nouvelle fois sur lui.

- Bébé ? Qu’est ce qui te prend ?
- Il me prend que j’ai envie de toi. Je t’en prie, laisse-moi te faire l’amour s’il te plait je veux…
- C’est bon n’en dis pas plus mon cœur. Et bien fais-toi plaisir alors. Dit Sono en rigolant.

Sauvagement Seiji arracha les habits de Sono, embrassant et griffant chaque parcelle du corps qui se dévoilait sous ses yeux. Une fois Sono nu, Seiji entreprit une fellation vigoureuse sur le membre de son amant qui devint très vite dur et gonflé. Vue « l’ardeur à l’ouvrage » que Seiji mettait à cette tâche, Sono ne put se retenir et se déversa dans la bouche de Seiji. Après avoir reçu la semence de Sono, Seiji l’avala goulûment, leva son regard vers Sono. Il remarqua qu’il avait un regard animal et que son envie de possession serait difficile à satisfaire ce soir.

- Bon, hé bien je crois qu’on va en avoir pour toute la nuit. C’est pas pour me déplaire. Pensa Sono.

Seiji laissa quelques instants à son ange pour récupérer, le temps qu’il retire ses vêtements à lui. Une fois nu à son tour, il agrippa violemment les cuisses de Sono, les souleva, glissa un coussin sous ses reins assez haut pour qu’il puisse commencer à lécher l’orifice qui allait bientôt l’accueillir. La langue de Seiji était chaude et avide. Après avoir bien humidifié l’entrée il fit glisser son index droit dans l’anus de Sono et commença à faire des vas et viens à allure lente, puis il engouffra un second doigt et à ce moment là les va et viens se firent plus rapides, formant à certains moments des petits cercles dans l’orifice. Sono en devenait fou, le plaisir qu’il ressentait était intense, plus présent que lors de la fellation, il avait terriblement chaud et ne cessait de se tortiller sur lui-même, il ne pouvait plus contrôler son corps, c’était la première fois qu’il était comme ça, même la fois où Seiji l’avait pris pour la première fois il n’avait pas ressenti un tel plaisir, la fougue bestialE de Seiji provoquait en lui un plaisir, un désir inouïs. Pour la première fois il jouit rien qu’en ressentant les doigts de Seiji bouger en lui. Fier de lui, ce dernier voulut passer à l’étape suivante.

- Je vais y aller Sono tu es prêt ? Je rentre.

Il mêla parole à ses actes. Il pénétra Sono violemment lui arrachant un cri. Il se stoppa quelques secondes puis donna des coups de hanches assez doucement au départ pour continuer plus vite et plus fort au fur et à mesure. Après plusieurs vas et vient, Seiji attrapa les jambes de Sono et les posa sur ses épaules et s’enfonça en lui encore plus profondément. Les deux garçons laissèrent aller leurs gémissements, ils étaient tellement puissants que leur voisins de chambre pouvaient en profiter. Au bout de plusieurs heures et positions plus tard, dans un ultime violent coup de hanches, Seiji se déversa enfin en Sono, qui se délivra pour la troisième fois sur lui-même. Voyant la semence de Sono couler le long de son torse Seiji ne put s’empêcher de la récupérer en léchant son corps après s’être retiré de lui. Épuisé, Seiji s’allongea au près de son amant et s’endormit très vite. Sono, quant à lui, resta éveillé et le regarda dormir avant de partir prendre une douche.
Lorsqu’il revint de sa douche, Sono s’assit sur son lit et posa une nouvelle fois son regard sur l’homme qu’il aimait.

- Mon amour nous allons enfin pouvoir vivre une vie rien qu’à nous. Je suis désolé pour tes parents j’espère qu’ils changeront d’avis très vite. En attendant je ferai tout pour remplir le vide qu’ils ont créé en toi en te reniant. Plus rien de mal ne risquera de nous arriver…

Il allait se pencher sur Seiji pour déposer un tendre baiser sur son front lorsque son portable se mit à sonner. Lorsqu’il regarda le signal d’appel, son rythme cardiaque accéléra, il respira à fond, s’éloigna du lit pour aller s’asseoir sur un fauteuil un peu plus loin et se décida enfin à décrocher au bout de la quatrième sonnerie.

- Bonjour Monsieur Hanasaki, je suis le docteur Junxiang, je vous appelais par rapport aux examens que vous avez passés il y a quelques jours.
- Oui bonjour docteur. Alors avez vous trouvez ce que j’ai ?
- Oui…

Cela faisait maintenant plusieurs mois que Sono souffrait de mots de têtes insupportables ; conjugué à des vertiges, des vomissements. Pour ne pas inquiéter Seiji il lui avait caché l’état de santé dans lequel il était, pensant que cela partirait tout seul il avait mis du temps avant de décider de passer des examens médicaux. Lors des premiers tests les médecins n’avaient rien trouvé alors ils avaient décidé d’approfondir en lui faisant passer des tas de scanners.

- Que m’arrive-t-il alors ?
- Je suis désolé mais mes collègues et moi même sommes certains de notre diagnostique. Vous souffrez d’une tumeur au cerveau et au stade où vous en êtes il est difficile de dire si vous pourrez vous en sortir. Au mieux il vous reste deux mois à vivre.

La voix du médecin était glaciale et démunie de compassion, on aurait dit un robot, un automate qui avait l’habitude d’annoncer de mauvaises nouvelles aux patients. Sono était complètement abasourdi, il s’attendait à tout sauf à ça. Il ne dit rien, le médecin prit congé et il raccrocha. Sono avait le regard dans le vide, ma mauvaise nouvelle résonnait sans cesse dans sa tête. Il ne lui restait que deux mois maximum à vivre. Le portable tomba au sol ainsi que Sono qui pleurait toutes les larmes de son corps, formant une auréole humide sur la moquette. Comment allait-il en parler à Seiji ? En aurait-il au moins la force ?


Dernière édition par le Ven 18 Jan - 17:00, édité 2 fois
avatar
Fifi
Sushi Royal VIP

Féminin
Nombre de messages : 776
Age : 29
Localisation : dans mon lit
Genre de fictions : Yaoi et autres
Loisirs : Houla trop de choses XD
Date d'inscription : 02/07/2007

Fiche RPG
NOM & prenom: TAKAHASHI Yoishi
Sexe: Homme
Age: 23ans

Voir le profil de l'utilisateur http://firiel.trivial-love.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LOVE IS NOT A SIN [fini]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum